×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Résultats annuels
    Cosumar redoute le risque intempéries

    Par L'Economiste | Edition N°:3231 Le 12/03/2010 | Partager

    . Il devrait encore affecter la production des plantes sucrières. Malgré les pertes enregistrées en 2009, le CA social progresse de 4,8%. Le groupe réduit son endettement de 186 millions de DHLes importantes précipitations enregistrées en 2009 dans le Gharb et le Loukkos notamment ont provoqué des pertes de cultures de sucre pour Cosumar. Tenant compte de cette situation, la filiale du groupe ONA inscrit son chiffre d’affaires consolidé en stagnation à 5,7 milliards de DH. L’entreprise n’a pas pu capitaliser sur l’évolution de 1,6% du marché du sucre, en raison des ventes moins favorables des coproduits. En revanche, le résultat net part du groupe enregistre une hausse de 11% à 554,4 millions de DH. Quant aux capitaux propres, ils passent de 2,5 à 2,6 milliards de DH, soit une augmentation de 5,4%. Au terme de l’exercice 2009, l’entreprise a investi 784 millions de DH contre 691 millions en 2008. Son endettement baisse de 186 millions de DH à 585 millions. Au niveau des comptes sociaux de Cosumar, le chiffre d’affaires ressort en hausse de 4,8% à 4,2 milliards de DH. L’opérateur attribue cette performance à une augmentation de la production, laquelle a permis d’assurer l’approvisionnement régulier du marché. La hausse de la production a également été utile pour combler le déficit des périmètres dont les récoltes ont été affectées par les fortes pluies. En raison de la perturbation de la campagne 2009 liée aux inondations, Cosumar craint la répétition du même scénario en 2010. Toutefois, la filiale de l’ONA relativise la situation, estimant que « les fortes précipitations sont de nature à reconstituer les réserves en eau d’irrigation, ce qui offre une meilleure visibilité pour les prochaines campagnes ». Pour sa part, le résultat net est ressorti à 515,5 millions de DH, en hausse de 6,6% d’une année à l’autre. L’accroissement de la marge bénéficiaire relève principalement de « l’amélioration des performances d’exploitation ainsi que la remontée des dividendes supérieurs des filiales », indique t-on auprès de Cosumar.Lors de son assemblée générale ordinaire, l’entreprise proposera la distribution d’un dividende de 86 DH unitaire à ses actionnaires. Côté Bourse, la valeur a drainé un volume moyen quotidien de 7 millions de DH sur les six derniers mois. Les prévisions de CFG Group laissent ressortir un taux de croissance annuel moyen du bénéfice net par action en repli de 6,6% entre 2008 et 2010. Le PER prévisionnel pour 2010 est estimé à 14,9 contre 16,1 en 2009.F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc