×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Responsabilité sociale: Ma charte des valeurs ou rien!

Par L'Economiste | Edition N°:1783 Le 04/06/2004 | Partager

. Les donneurs d’ordre textile imposent de plus en plus leurs conditions. Le bénéfice est immédiat tant pour le salarié que pour l’entreprise LA globalisation? C’est un match de foot qui se joue sans arbitre et sans règles de jeu, sauf peut-être celles apportées par la régulation financière.C’est avec ces propos et pour mettre l’accent sur l’importance des autres aspects de la mondialisation, notamment la responsabilité sociale de l’entreprise, que Salah Eddine Mezouar, président de l’Amith, a donné le la, le 3 juin dernier à Casablanca, au séminaire «Fibre citoyenne pour un tissu social sain«. Une rencontre qui a réuni des représentants du ministère du Commerce et de l’Industrie (MCIT), ceux du Bureau international du travail (BIT) pour l’Afrique du Nord et des distributeurs étrangers (Marks & Spencer, Décathlon ou encore Levi Strauss & CO) venus parler de leurs expériences en matière d’audit et de responsabilité sociale des entreprises. . Batterie de normesAussi, faudrait-il rappeler que cette mesure touche particulièrement le secteur textile-habillement marocain, d’abord parce qu’il est le plus gros pourvoyeur d’emplois national mais aussi parce qu’étant majoritairement exportateur, il est dans l’obligation de se conformer aux normes de ses donneurs d’ordre. Le MCIT a de son côté élaboré une batterie de normes relatives à la sécurité et l’hygiène appliquables incessamment. «Dans le cadre du fonds Meda II, c’est ce type d’accompagnement social qui doit être privilégié, car prioritaire«, indique Bousselham Hilia, secrétaire général du MCIT.Responsabilité sociale, kézako? Il s’agit d’une approche globale qui combinerait le respect de l’environnement, l’équité sociale et la rentabilité économique. L’entreprise est responsable et doit pouvoir répondre de ses actes auprès de tous ceux qui la font exister, comme les entreprises «donneuses d’ordre«. C’est d’ailleurs ce qui se passe à travers le monde si l’on en croit Zouhir El Alaoui qui est chargé de la mise en conformité sociale au Maroc des fournisseurs de Marks & Spencer. La démarche est simple selon lui. L’avantage pour le fournisseur est de réduire les accidents, améliorer la qualité du produit et réduire les coûts d’exploitation. Côté Marks & Spencer, il s’agit d’un moyen de promotion de la marque mais aussi du respect de la législation marocaine. Quant aux salariés, ils bénéficieront d’une plus grande culture sociale, et d’un niveau de formation plus élevé. L’audit social devrait également permettre de renforcer la communication interne, et rompre avec les méthodes classiques de gestion des ressources humaines, «encore archaïques«, souligne El Alaoui.C’est à peu de choses près la même démarche de Décathlon au Maroc, qui cependant n’hésite pas à opérer des actions correctives, voire des fermetures lorsque l’entreprise ne respecte pas la charte des valeurs. Son représentant, Didier Soufflet, n’a pas manqué de souligner que même si la plupart des patrons marocains sont plein de bonne foi et d’enthousiasme à l’idée d’adopter cette démarche, de nombreux autres font travailler des enfants et ne respectent pas les règles les plus élémentaires en matière d’hygiène, de sécurité et d’aménagement des horaires de travail. Levi Strauss, quant à lui, fort de son expérience à travers le monde, compte apporter son soutien aux entreprises marocaines en collaboration avec l’Amith et le gouvernement.


Win-win

EN somme, la responsabilité sociale, ce n’est rien vraiment d’impossible à entreprendre, surtout que les bénéfices de cette action se font ressentir en interne sur le moral des salariés, sur la productivité et aussi sur la rentabilité de l’entreprise. A cet effet, rappelons que l’Amith a déjà élaboré une charte des valeurs conformément aux exigences mondiales et qu’elle vient d’accompagner dans une action-pilote, assistée par Euro-Maroc-Entreprise, une dizaine d’entreprises du secteur. Après audit, sept d’entre elles sont conformes à la réglementation locale du travail et trois bientôt en passe de l’être. Et tout le monde en sort gagnant.Radia LAHLOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc