×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Replicant

    Par L'Economiste | Edition N°:1111 Le 28/09/2001 | Partager

    . Dans ce film de Ringo Lam, Jean-Claude Van Damme est, artistiquement parlant, beaucoup plus mûr et meilleur acteurA mi-chemin entre la science fiction et le polar, «Replicant» concilie les deux genres avec une bonne dose d'action. Quoi de plus normal quand on sait que Jean-Claude Van Damme (JCVD) est dedans. Le public de Marrakech aura le privilège de découvrir ce film en avant-première aujourd'hui vendredi 28 septembre, date du démarrage du Festival International du Film de Marrakech. Histoire.Le tueur en série surnommé la «Torche», «Garotte» de son vrai nom, n'a pas fini de mener la vie dure à l'inspecteur Jake Riley, qui le traque obstinément sans jamais pouvoir l'arrêter. Entre-temps, le nombre de ses victimes se multiplie en créant une véritable psychose dans la ville. Efficace et perspicace, le tueur en série reste insaisissable. La police ne peut rien contre son génie et l'intelligence de ses plans qu'aucun policier n'arrive à déjouer. Etant proche du tueur, puisque ce dernier a choisi de se confier à lui, Jake Riley est à cent lieues de lui mettre la main dessus. Ce qui ne manque pas de le déconcerter et le mettre dans tous ses états. Pour en finir avec ce cauchemar, Jake démissionne de la police. C'est alors qu'il s'embarque dans une autre aventure au sein du département secret du gouvernement, la NSA, qui s'active, de son côté, pour mettre fin à la menace qui porte pour nom la «Torche». Le projet de NSA consiste à créer un clone de «Garotte» à partir de son ADN. Ce «replicant» est alors lâché dans la nature pour qu'il les guide, aidé par sa télépathie, vers leur cible. Cette manoeuvre donnera lieu à d'interminables jeux de chat et de la souris. . Van Damme et son doubleAussi bien dans le rôle du bon que dans celui du méchant, JCVD fait preuve d'une grande maîtrise de son art. Sa prestation dans «Replicant», qui est probablement son meilleur film, est plutôt convaincante. Il exécute avec la même aisance le rôle du monstre assoiffé de sang et le clone qui a l'expérience d'un nouveau-né. Avec ce film, la star des arts martiaux prouve qu'il est capable d'exprimer des émotions et non pas seulement étaler sa force et ses muscles. Un pari difficile pour cet acteur qui, jusqu'à présent, a pu s'imposer uniquement grâce à ses prouesses sportives en matière d'arts martiaux. Cela dit, ce n'est pas la première fois que Van Damme donne la réplique à son double dans un film. Il en a déjà fait l'expérience dans «Double impact». Mais pour l'acteur, les choses sont différentes avec «Replicant». «Double impact, c'était pas... ça, c'est plus profond,» avoue-t-il. Et d'ajouter: «Il y a quand même un échange d'acteurs et je crois que j'ai fait... enfin que le directeur a su m'élever un peu en acteur. Mais c'est un bon film, c'est un film qui a tout ce qu'il faut pour, je ne sais pas...C'est mon meilleur film! Pour moi, je ne sais pas pour l'audience, mais pour moi en tant qu'acteur, c'est mon meilleur film». Il faut, tout de même, dire que le réalisateur «Ringo Lam» y est pour beaucoup dans cette ascension. Son film contribue à donner plus de crédibilité à cet acteur «bodybuildé» tout en confirmant, encore une fois, sa capacité à faire un film d'action de bonne facture. Kenza Alaoui

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc