×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Eco-Consom

Repères politiques

Par L'Economiste | Edition N°:284 Le 12/06/1997 | Partager

· Condamnations pour boycottage des élections
Une fausse note a ponctué le déroulement de la campagne électorale. Une vague d'arrestations a soufflé sur des militants du Parti d'Avant-Garde Démocratique et Sociale (PADS). Le parti, dirigé par Me Ahmed Benjelloun, a dénombré pas moins de126 personnes arrêtées. D'après le PADS, le motif de l'inculpation est la distribution de tracts appelant au boycottage des élections communales de demain 13 juin. Si une cinquantaine de personnes ont été relâchées après l'établissement des PV, d'autres ont été déférées devant la Justice, confirme le Parti. A Béni-Mellal, le tribunal de première instance a condamné 18 militants à deux mois de prison ferme et à une amende de 1.200 DH. Ces condamnés ont entamé une grève de la faim pour protester contre les conditions de détention. A Errachidia, 5 personnes ont été condamnées à deux mois de prison ferme et à une amende de 500 DH. Le scénario des arrestations et des condamnations s'est répété à Marrakech et à Meknès notamment, toujours selon le PADS.
Il est à signaler que le PADS, connu sous le nom d'Attaliâ, est le produit d'une scission intervenue dans les rangs de l'USFP en 1985.

· Transparency Maroc combat la corruption
Transparency Maroc a lancé un appel afin d'élargir le champ de la transparence à l'occasion du renouvellement des conseils communaux. L'Association Marocaine de Lutte contre la Corruption invite ainsi tous les citoyens à saisir cette occasion pour faire de la lutte contre ce fléau un thème central du débat et un engagement concret. Pour cela, il faudra préciser des objectifs qui visent à permettre aux citoyens de s'assurer de la régularité et de l'opportunité des dépenses publiques, de participer à la gestion des questions d'intérêt collectif et à l'amélioration du service public à travers notamment leurs organisations citoyennes. Si tout détenteur d'un mandat public devra être comptable de sa gestion et de l'évolution de son patrimoine, les citoyens doivent être en mesure d'exiger le maximum de transparence lorsqu'il s'agit de cumul entre les intérêts privés et publics.

· Treize partis et les SAP
Le nombre de candidats aux élections communales s'élèvent à 102.400. En fonction des sensibilités politiques, les SAP caracolent en tête avec 14.447 candidats, soit 14,11% de l'ensemble. Cette catégorie est suivie de près par le Parti de l'Istiqlal qui a présenté 14.008, soit 13,68% du total des candidatures, et l'USFP qui en a présenté 11.094 (10,83%). Quant au RNI, il compte à peine 10.307 candidats, soit 10,07% du total. Les dix autres partis en présence dans cette élection sont en dessous de la barre des 10.000: 9.601 candidats pour le Mouvement Populaire, 9.468 pour l'Union Constitutionnelle, 7.607 pour le Mouvement Démocrate et Social, 5.469 pour le Mouvement National Populaire, et 5.388 pour le Parti du Progrès et du Socialisme. Quant au Parti National Démocratique, il a présenté 5.010 candidats. L'Organisation de l'Action Démocratique et Populaire a totalisé 3.497, le Parti Socialiste Démocratique 2.972, le Parti de l'Action 2.375 et le Parti Démocratique et d'Indépendance 1.157.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc