×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Marchés Financiers

    Repères politiques

    Par L'Economiste | Edition N°:459 Le 09/03/1999 | Partager

    · Règles d'origine: Constitution d'un groupe de travail arabe
    Un groupe de travail arabe a été constitué pour élaborer des attestations d'origine unifiées. Ce groupe sera composé d'experts d'Egypte, du Maroc, de Jordanie, de Tunisie, de Syrie, du Liban et des pays du Golfe. C'est M. Bayoumi, vice-ministre égyptien des Affaires Etrangères, qui en assurera la présidence.

    · Paris et Washington divergent toujours sur la question irakienne
    Alors que le secrétaire américain à la Défense poursuit sa tournée dans le Golfe pour défendre les frappes contre l'Irak, Paris prône un règlement politique. Le désaccord entre les deux pays s'étalent ainsi au grand jour. La France préconise une levée de l'embargo pétrolier imposé à l'Irak depuis 1990 et la mise en place d'un nouveau système de contrôle du désarmement et des revenus financiers de ce pays. Les Emirats ont soutenu sans équivoque la proposition française et le Qatar l'a encouragée. Pour sa part, le chef de la diplomatie du Koweït a déclaré hier qu'il "n'y avait pas de conflit avec la France sur l'essence de la question irakienne, mais peut-être un malentendu".

    · Otan: Malgré l'opposition de Moscou, trois nouveaux membres
    Malgré l'opposition de la Russie, l'OTAN va connaître le 12 mars son premier élargissement à trois pays d'Europe de l'Est, passant ainsi de 16 à 19 membres.
    La Pologne, la République Tchèque et la Hongrie sont les heureux élus. Aux candidats recalés et souvent frustrés l'alliance militaire assure que sa "porte reste ouverte".

    · Iran: Les modérés marquent des points à la mairie de Téhéran
    Les candidats réformateurs partisans du Président Mohammed Khatami ont remporté la totalité des quinze sièges du Conseil municipal de Téhéran lors des élections du 26 février dernier, les premières depuis la Révolution Islamique de 1979.
    L'ancien ministre de l'Intérieur, Abdollah Nouri, chef de file des réformateurs dans la capitale, a recueilli le plus grand nombre de voix. Trois femmes ont également été élues, dont deux en troisième et quatrième positions. Près de 60% des électeurs se sont rendus aux urnes, soit près de 25 millions d'Iraniens et Iraniennes.
    Par ailleurs, le Président Mohammad Khatami effectue aujourd'hui une visite de trois jours en Italie, la première d'un chef d'Etat iranien dans un pays de l'Union Européenne depuis 1979.

    · Cambodge: Le procès du chef khmer rouge se prépare
    Le gouvernement cambodgien prépare le procès du chef militaire khmer rouge Ta Mok, le premier dirigeant polpotiste à comparaître en justice, devant un tribunal local.
    Le régime non officiel de Ta Mok, dit le "boucher", est tenu pour responsable de la mort de près de deux millions de cambodgiens. Le ministre cambodgien des Affaires Etrangères a implicitement rejeté hier les recommandations de l'ONU préconisant la mise en place d'un tribunal international pour juger l'ancien dictateur.

    · Japon: Schwarzy fait démissionner un ministre
    Le ministre japonais de la Justice a démissionné hier à la suite de la controverse suscitée par son intervention en faveur de l'acteur Arnold Schwarzenegger.
    La presse nipponne avait révélé la semaine dernière qu'il était intervenu pour permettre à l'acteur d'origine autrichienne de se poser avec son avion privé sur l'aéroport d'Osaka sans présenter son passeport le 27 octobre dernier.


    Polémiques sur une circulaire de Basri


    M. Driss Basri a été vivement critiqué dimanche pour avoir adressé une circulaire aux préfets leur demandant d'interdire "toute activité de partis politiques et d'associations dans les édifices publics". Cette circulaire est intervenue alors que la société civile réclame avec insistance un élargissement des libertés publiques et au moment où le gouvernement s'apprête à déposer devant le Parlement un projet de loi destiné à les promouvoir.
    Interrogé par notre confrère Al Ittihad Al Ichtiraki, le président de l'OMDH, Abdeaziz Bennani, a qualifié le texte du ministre de l'Intérieur de "grave" puisqu'il vise à "réduire le champ des libertés publiques au Maroc".

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc