×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Marchés Financiers

    Repères Politiques

    Par L'Economiste | Edition N°:431 Le 28/01/1999 | Partager

    · Santé Publique: L'UMT confirme sa grève
    Dans un communiqué de presse, l'UMT confirme la grève de 72 heures menée par le personnel de la santé, les 27, 28 et 29 janvier, comme annoncée dans notre édition d'hier mercredi.

    · Libéralisation des changes: Stop?
    Selon un communiqué de l'Office des Changes, le ministre de l'Economie et des Finances, M. Fathallah Oualalou, a insisté sur la nécessité du maintien du contrôle des changes, lors du dernier Comité de Direction de l'Office à Rabat. Ce communiqué diffusé quatre jours après la tenue de la réunion, se réfère particulièrement aux situations qu'ont vécues les pays émergents en matière de fuite de leurs capitaux au moment des crises. Le ministre, toujours d'après le communiqué, considère donc que le niveau de libéralisation actuel est suffisant pour les opérateurs du Maroc. Le ministre a néanmoins invité les agents du contrôle à "faire une nouvelle lecture de leurs rapports avec les opérateurs et les citoyens". M. Oualalou a mis l'accent sur "l'importance de la mission économique de l'Office (...), notamment en ce qui concerne l'information statistique".

    · Belgique: Contre les mariages blancs
    La Commission de l'Intérieur au Sénat belge a adopté une loi qui rendra plus difficiles les mariages blancs, mais sécurisera les vraies unions. Le texte passera sans accrocs en séance plénière dans les prochains jours. Ce nouveau dispositif fixe la liste des documents que doivent fournir les futurs conjoints à l'officier d'état civil au cas où celui-ci doute des objectifs réels de l'union.

    · Kofi Annan et les paras belges
    Le secrétaire général des Nations Unies a reçu hier les familles des paracommandos belges assassinés au Rwanda, lors d'une mission de l'ONU. Des familles des soldats tués ont fait rouvrir le dossier l'année dernière par les autorités belges. L'enquête a alors montré une responsabilité de l'ONU dans ces assassinats, voire une responsabilité personnelle du M. Kofi Annan. Les familles demandent qu'une commission d'enquête indépendante détermine si oui ou non le secrétaire général de l'ONU a agi avec légèreté face aux informations que lui donnaient le général commandant les troupes de l'ONU au Rwanda. M. Kofi Annan dit ne pas s'opposer à une enquête, mais a expliqué aux familles que, selon lui, il faudrait au préalable obtenir le feu vert du Conseil de Sécurité.

    · Russie: 250 DH/mois de salaire des profs... non payés
    Hier une partie importante du corps enseignant de Russie s'est mise en grève pour réclamer le versement de leur salaire.
    Des paiements de dernière minute, comme à l'automne pour les mineurs, les fonctionnaires... ont calmé les professeurs dans certaines régions. Le salaire moyen d'un enseignant en Russie, au cours actuel du Rouble est de 250 DH par mois (576 Roubles, 26 Dollars). Les salaires ne sont pas payés régulièrement. Les arriérés actuels atteignent 4 mois de salaire en moyenne.

    · Subventions café-cacao
    La Côte-d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao et producteur honorable de café, va subventionner cette filière à hauteur de 6 milliards de F CFA (soit environ 90 millions de DH). Le gouvernement fait droit en partie à une demande des producteurs. La filière café est maintenant entièrement privée, celle du cacao le sera au cours de l'année 1999. La privatisation et la subvention doivent préparer la libéralisation totale l'année prochaine.

    · Eltsine va mieux
    Le président russe, M. Boris Eltsine, devrait quitter l'hôpital à la fin de cette semaine, a annoncé le porte-parole du gouvernement. Néanmoins, il n'y a pas de calendrier pour sa reprise du travail. L'équipe médicale de l'hôpital indique qu'il lui faut un mois de repos encore. Le Président russe souffre d'un ulcère à l'estomac et avait été hospitalisé le 17 décembre dernier.

    · Irak-Monde arabe: Crispations
    Le Parlement irakien cherche une riposte contre les pays arabes suite à la résolution votée au début de la semaine et que Bagdad récuse.
    L'Irak a repris ses agressions verbales contre le Koweit et accusé l'Arabie Saoudite de pratiquer au sein de l'OPEP (Organisation des Pays Producteurs de Pétrole) une politique hostile aux autres pays producteurs.

    · Olympisme-corruption: Samaranch content de lui
    Les investigations internes du Comité International Olympique (CIO) sur la corruption n'ont pas convaincus les observateurs.
    En conséquence, c'est la personnalité de M. Juan Antonio Samaranch qui est mise en question. Le président du CIO considère pour sa part qu'il "n'a commis aucune faute". Il exclut toujours de démissionner. Il affirma aussi que le choix de Salt Lake City était le meilleur pour les Jeux de 2002. Rappelons que le FBI a néanmoins lancé une enquête sur la corruption qui a accompagné la sélection de la ville.

    · Kosovo: Pas d'intervention mais des négociations?
    Mme Madeleine Albright continue sa tournée des capitales sur le sujet du Kosovo. Aucun commentaire ne filtre sur l'objet réel de ses entretiens, sauf qu'il s'agit "d'élaborer une série de mesures coordonnées, politiques et militaires". Pendant ce temps, Washington a demandé à l'OTAN de "donner quelques semaines" au Président yougoslave, M. Slobodan Milosévic, pour qu'il accepte un "règlement politique". Le Conseil permanent de l'OTAN? Etait réuni hier à Bruxelles, précisément pour déterminer les modalités d'un "avertissement" à Belgrade et aux Indépendantistes albanais. Les observateurs s'attendent à ce que les Etats-Unis essaient de rééditer l'opération Dayton ou Wye Plantation.

    · Turquie: Le journaliste de Libération libéré
    Le journaliste turc Ragip Duran a été libéré hier après sept mois de détention. Il est le correspondant, entre autres, de notre confrère Libération (le membre français du réseau international World Media auquel appartient L'Economiste). Il avait été condamné pour des articles portant sur la situation des Kurdes en Turquie.
    Les juges turcs avaient estimé pour le condamner qu'il ne devait pas rendre compte des propos de leaders kurdes, puisque ces derniers sont qualifiés de terroristes. M. Duran conteste cette accusation de "terrorisme" portée contre lui. "On ne peut commettre des crimes par écrit", a-t-il déclaré à sa sortie de prison. Il a été soutenu par une campagne internationale et son cas était symbolique de la situation des droits de l'Homme en Turquie.
    Dès sa sortie de prison, M. Duran a marqué son intention d'aller immédiatement couvrir le procès des assassins d'un autre journaliste, battu à mort par des policiers lors des obsèques d'un troisième journaliste. Ce dernier, Ugur Muncu, a été tué lors d'un attentat dont les auteurs ne sont pas encore retrouvés. Il avait écrit des articles sur les liens entre les mafias et l'Etat.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc