×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Réorganisation du Ministère des Finances : La grande Administration met un pied dans le management moderne

Par L'Economiste | Edition N°:222 Le 21/03/1996 | Partager

Pour se mettre au diapason de ses partenaires et moderniser de son environnement, le Ministère des Finances et des Investissements Extérieurs opte pour la rénovation.


Tout est fin prêt pour lancer les chantiers d'un plan visant à moderniser les structures et le fonctionnement du Ministère des Finances et des Investissements Extérieurs. Une note de service de M. Kabbaj, attendue dans les prochains jours, devra en annoncer les grandes lignes et le début de son exécution.
Ce document ne manquera pas de rappeler le diagnostic établi et les résultats de "l'étude de définition d'un programme de modernisation du Ministère" effectué par Euro-Group, bureau de consultants français, en étroite collaboration avec une "cellule organisation" rattachée au secrétaire général de ce département.
Les deux partenaires ont conçu un programme d'actions appelé "plan de modernisation du Ministère" comprenant une dizaine de chantiers. L'éventail est large: cela va du travail en équipe pour combattre le cloisonnement intra-direction et inter-directions à la gestion coordonnée et rationnelle des systèmes d'information en passant par un calendrier de formation continue au profit des cadres du Ministère des Finances. Ce dossier est géré au niveau du Secrétariat général par M. Khalid Safir.
Dans sa note, M. Kabbaj ne manquera pas de mentionner les quatre objectifs à atteindre par cette modernisation.
Le premier s'attachera à "mieux servir les clients et les partenaires" que sont les institutionnels et le public auprès desquels une écoute et "une gestion de proximité" seront développées.
Le second objectif vise la recherche de l'efficience dans le déploiement des ressources matérielles, techniques et humaines. La motivation du personnel par l'adaptation du management constitue le troisième objectif. Le suivi des carrières des cadres et l'émulation morale et matérielle seront pris en considération. Quant au quatrième objectif, il a trait à l'adaptation permanente à l'environnement. Il s'agit de développer "le sens de l'éveil technologique" afin que les différents services de ce Ministère soient au diapason de "ce qui se fait ailleurs".

Vaincre les résistances

Conscients des résistances inhérentes à l'Administration, les promoteurs de cette entreprise affirment avoir cherché l'adhésion du personnel du Ministère. Ils ont adopté la méthode dite "participative" dès juillet 1995, date du lancement de l'opération de diagnostic. Ainsi, les directeurs et quelque 400 cadres du Ministère et des services extérieurs ont été impliqués dans des tables rondes, des interviews et des questionnaires organisés à cet effet.
Pour l'aspect externe, l'enquête a été élargie à une dizaine de ministères et entreprises publiques de Rabat et de Casablanca pour dégager l'image qu'ils ont du Ministère des Finances.
Le coût de cette étude effectuée par Euro-Group a été évaluée à 500.000 FF, soit environ 850.000 DH. Dans ce montant sont inclus, outre le diagnostic, l'élaboration du programme d'actions et sa présentation aux responsables du Ministère.
Pour piloter ce plan, un comité ad-hoc regroupant des directeurs devra être mis en place auprès du secrétaire général. Son exécution sera facilitée par l'installation d'antennes dans chaque direction.

La restructuration de la dette en divisions

Ce vent de restructuration qui souffle sur le Ministère des Finances a également touché d'autres secteurs. Ainsi, "une division de la restructuration de la dette" a été créée au niveau de la Direction du Trésor. Cette nouvelle structure, pilotée par M. Mansouri, a pour mission de rationaliser la gestion de la dette en cherchant des solutions pour son allégement, soit par des négociations politiques directes, soit par d'autres formules d'intervention.
De même, la Direction des Etudes et des Prévisions Financières, qui figurait uniquement dans les textes, a vu le jour. Cette entité, confiée à M. Mouline, sera chargée de faire des analyses économiques et financières pour rationaliser les décisions du Ministère.
Cette modernisation s'est également illustrée par la création d'une Direction des Ressources Humaines coiffée par M. Es-Saddiqui, inspecteur des finances.
Si le lancement de ces différents chantiers est imminent, deux projets à l'étude devront aboutir lors de la prochaine session parlementaire. Il s'agit de la réforme du code de recouvrement et celle des Etablissements et Entreprises Publics ( EEP). Pour la première, elle serait repensée à la lumière du "respect du droit des citoyens". La contrainte par corps par exemple s'en trouvera allégée. Le percepteur n'aura recours à cette contrainte qu'après avoir franchi d'autres étapes. Cette proposition de réforme est du ressort de la Trésorerie Générale.
Pour celle des EEP, l'étude menée par Brossard Consultant et le cabinet Masnaoui aboutira à un texte qui paraîtrait dans la prochaine Loi de Finances. Ce nouveau texte vise à responsabiliser les gestionnaires des EEP.

Mohamed CHAOUI




  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc