×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Réorganisation de la Banque Populaire

    Par L'Economiste | Edition N°:3320 Le 15/07/2010 | Partager

    . La Chambre des représentants accepte la consolidation. La BCP fusionne avec ses banques régionales ADOPTÉ lors de la séance plénière de la Chambre des représentants du mardi, le projet de loi relatif à la réforme du Crédit Populaire du Maroc (CPM) ne devrait pas tarder à entrer en vigueur. A ce titre, depuis la promulgation de ce texte, le CPM, qui n’est autre que le Groupe Banque Populaire, a augmenté sa capacité de mobilisation de l’épargne, avec une part de marché de 53%. C’est ainsi que plus de 65 milliards de DH de dépôts collectés et plus 131 milliards de DH de crédits distribués ont été injectés dans l’économie en 2009. CPM a, en parallèle, contribué à la promotion des activités et des services bancaires tout en renforçant sa structure financière à travers l’amélioration de ses fonds propres, à l’instar des grandes banques de la place. Dans ces conditions, le CPM est déterminé, actuellement, à consolider ses réalisations, renforcer sa position en matière de mobilisation d’épargne et, par là, sa contribution au développement économique et social. «Cela requiert, ainsi, l’introduction d’amendements sur cette loi pour lui conférer davantage de souplesse dans son mode de gestion», indique-t-on au sein des Finances.Le premier amendement de ce texte porte sur la fusion de la Banque Centrale Populaire (BCP) et des banques populaires régionales. A ce titre, la BCP peut entreprendre cette opération en tant qu’entité centrale des instances du CPM. En effet, elle englobe l’ensemble des services d’intérêt commun, la gestion des excédents des liquidités et le refinancement. Cette décision ne peut émaner que du comité directeur avec l’aval du ministre des Finances.Le second amendement porte sur la nomination du président du comité directeur. Il stipule que le président du conseil d’administration de la BCP est, par la force de la loi, président du comité directeur. Il peut, en l’occurrence, convoquer exceptionnellement toute personne utile à participer aux réunions dudit comité.Le troisième amendement permet, pour sa part, au comité directeur de prendre des décisions concernant la participation du BCP au capital d’une ou plusieurs entités du CPM. Quant à la quatrième modification, elle permet à la banque de consolider les résultats des instances du CPM et de ses filiales. «Toutefois, BCP doit stipuler que l’établissement chargé de la consolidation est composé des instances du CPM», fait-on observer au sein des Finances.M. A. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc