×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Rentrée universitaire
L’urgence de professionnaliser la formation

Par L'Economiste | Edition N°:2860 Le 15/09/2008 | Partager

. Un programme d’action sur quatre ansLa date officielle de la rentrée universitaire était habituellement fixée au 15 septembre. Mais les temps ont changé avec l’autonomie progressive accordée aux universités. Le 15 septembre n’est plus le jour consacré à la reprise des cours dans les facs. «Chaque université a sa propre date de rentrée. Il y en a qui ont déjà commencé, c’est notamment le cas des écoles à accès restrictif», explique un cadre au département de l’Enseignement supérieur. Selon ce dernier, «officiellement, la reprise des universités doit s’effectuer entre le 1er et le 15 septembre». Entre la théorie et la pratique, il y a, évidemment, un décalage. Le démarrage effectif des cours intervient généralement en octobre. «Avec une rentrée qui coïncide avec le Ramadan, les choses risquent de traîner davantage cette année», affirme un autre cadre du département d’Ahmed Akhchichine. Un laisser-aller auquel le Maroc doit faire face en toute urgence s’il veut réussir le pari de la modernité. Dans le même registre, le ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur a présenté jeudi dernier devant le Souverain le programme d’urgence pour la période 2009-2012.

Vingt-trois projets
Ce programme est la déclinaison concrète et opérationnelle du plan élaboré à partir des orientations royales et des recommandations du rapport du Conseil supérieur de l’enseignement dont l’audit a pointé du doigt plusieurs lacunes au niveau du système d’éducation (cf. www.leconomiste.com).Ce programme vise à «accélérer le rythme de la réforme et à rattraper le retard enregistré dans la réalisation de certains chantiers», affirme un communiqué officiel.Pour les universités, le programme d’action 2009-2012 agit à la fois sur l’offre de formation et sur la logistique déployée pour sa mise en place. Du côté de la formation, l’ambition est de la professionnaliser davantage, notamment dans les établissements à accès ouvert, sans sélection à l’entrée. En ce qui concerne la logistique, le programme prévoit l’arrivée au cycle universitaire d’un nombre croissant de Marocains. Démographie oblige. Pour y faire face, le renforcement du réseau universitaire actuel est aussi une priorité. L’enseignant et la recherche scientifique bénéficient également d’un traitement particulier au niveau du programme d’urgence. La démarche adoptée dans sa mise en place fonctionne par projet. Au total, ce sont 23 projets qui ont été arrêtés. Ils concernent aussi bien le cycle scolaire qu’universitaire. Pour financer ces projets, le Fonds Hassan II pour le développement économique et social a été mis à contribution. Pour rappel, l’Education nationale et l’Enseignement supérieur est le ministère qui accapare la part la plus grosse du budget de l’Etat.A côté des projets, la méthode des conventions a elle aussi été privilégiée. Akhchichine a ainsi signé 9 conventions avec plusieurs de ses collègues et autres administrations et entreprises publiques: l’Intérieur, la Jeunesse et les Sports, la Culture, etc.Nabil TAOUFIK
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc