×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Rentrée scolaire 2008-2009
Un premier test pour le plan d’urgence

Par L'Economiste | Edition N°:2858 Le 11/09/2008 | Partager

. Objectif phare: Réduire de moitié l’abandon scolaire. Actions: Rendre le redoublement exceptionnel. Surdensité: Pas plus de 41 élèves, pas moins de 24Une rentrée scolaire pas comme les autres. La rentrée des classes 2008-2009 est placée sous le signe de la réforme urgente. Le coup d’envoi de l’opération «Un million de cartables» par le Souverain est un geste qui véhicule le même message d’importance, de gravité et d’urgence. Au niveau du département piloté par Ahmed Akhchichine, les objectifs sont clairs. D’abord, augmenter de 10% le nombre des élèves du primaire. Ce chiffre est respectivement de 12% et 6% pour les collèges et lycées. Le plan d’action du ministère parle de sensibilisation auprès des familles qui ont des enfants de 4 à 5 ans. Le maintien et la généralisation de la scolarisation à 6 ans sont aussi de mise. Pour le cycle secondaire, l’augmentation du nombre des élèves passe essentiellement par la construction de nouveaux établissements scolaires. La surdensité des collèges et lycées est un phénomène qui est devenu inquiétant. Il est l’une des raisons de la déperdition scolaire. Le deuxième objectif de cette rentrée est la diminution du nombre des redoublements. Pour l’année scolaire écoulée, ces derniers ont représenté 12,6% dans le primaire, 16,4% dans les collèges et 17,5% dans les lycées. «Des pourcentages très élevés», peut-on lire dans une note du ministère de l’Education nationale. Pour la rentrée 2008-2009, l’objectif est tout simplement de réduire de moitié les redoublements. Selon le département de tutelle, «cela passe par l’élévation de la qualité du rendu des professeurs, le développement et la généralisation des cours de soutien et le renforcement de l’inspection». Il est également prévu de s’attarder sur les cas difficiles pour comprendre les raisons de l’échec avant de décider du redoublement. L’examen normalisé sera aussi maintenu au niveau de la deuxième année du primaire. En parallèle avec la diminution du redoublement, il s’agira pour cette rentrée de lutter contre l’abandon scolaire. Un phénomène particulièrement grave au secondaire. Les chiffres de l’année 2007-2008 sont sans équivoque: 5,4% des écoliers ont quitté l’école. Ils sont 13,4% au collège et 14,5% au lycée. «Un phénomène inacceptable car il met en péril les efforts de généralisation de la scolarisation et augmente le contingent des analphabètes», commente l’Education nationale. Les directeurs d’école ont eu instruction de «rendre exceptionnel le renvoi des élèves, d’accorder une attention particulière aux élèves en difficulté et, mieux, de réintégrer les élèves ayant quitté l’école». Il est également question de procéder à des études sur le terrain pour déterminer les raisons de l’abandon scolaire.La surdensité dans les classes est aussi en ligne de mire. L’objectif est de ne pas dépasser 40 élèves par classe. Pour y arriver, l’Education nationale se fixe comme impératif de procéder à une répartition équilibrée entre les écoles du même secteur géographique. Ainsi, il ne devrait pas y avoir de classes à moins de 24 élèves. Toutefois, la rationalisation de l’existant ne suffit pas, il faut aussi densifier le tissu des établissements scolaires. Le département d’Akhchichine n’avance pas de chiffres concernant le nombre d’écoles dont la construction est programmée pour cette année. Pour l’année 2007-2008, le pourcentage des classes à 41 élèves et plus était de 7,1% dans le primaire. Ce chiffre est encore plus important dans le cycle secondaire: 23,4% au collège et 18,7% au lycée.Le plan d’action Akhchichine projette également de réduire le nombre des classes multi niveaux où étudient ensemble des élèves de niveaux différents. Ce type de classe a représenté 22% de l’ensemble pour la rentrée 2007-2008, soit une classe sur cinq. La réduction de ce phénomène se heurte toutefois au problème de l’éclatement de la population dans le monde rural ainsi qu’à la volonté du ministère de contenir la masse salariale.Autre mesure prévue pour cette rentrée scolaire, la réduction des heures de cours. Ainsi au collège les professeurs auront à travailler 24 heures par semaine. Au lycée, cette durée est réduite de 3 heures, soit 21 heures. Pour rappel, la durée légale de travail au Maroc est de 44 heures. «L’objectif de cette mesure est de laisser du temps libre aux étudiants pour faire de l’auto-formation. Il s’agit aussi d’éviter le surmenage et l’abandon scolaire», est-il expliqué.Par ailleurs, l’enseignement de la deuxième langue étrangère se fera à partir de la troisième année du collège. Deux heures par semaine seront réservées à l’éducation artistique (arts plastiques et musique) au cours des trois années du collège. Ce sont, toutefois, deux matières facultatives.


«Inqitaâ» ou «Hadr»?

Rédigée en arabe, la note du ministère de l’Education nationale utilise le mot «Inqitaâ» au lieu du mot «Hadr» habituellement employé pour parler d’abandon scolaire. «Hadr» signifie littéralement perte tandis que «Inqitaâ» signifie plutôt rupture. Le changement de terminologie n’est pas anodin. «Inqitaâ» comprend une dimension de rupture volontaire de l’élève avec le système scolaire. Il est quelque part le premier responsable de son sort. Alors que l’emploi du mot «Hadr» (perte) place la question sous un autre registre, celui du gâchis collectif. L’abandon scolaire est le problème de tout le système et est une perte pour tout le monde. C’est donc la responsabilité de tous.Nabil TAOUFIK

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc