×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Renault Melloussa
    Les Espagnols veulent leur part du gâteau

    Par L'Economiste | Edition N°:3140 Le 30/10/2009 | Partager

    . Une ligne maritime Séville-Tanger pour amener les boîtes de vitessesL’entrée future en service de l’usine de Renault à Melloussa, Tanger, (dont la première pierre devrait être posée ce vendredi), entretient les attentes des équipementiers espagnols. Ces derniers y voient une occasion de faire revivre leurs industries de l’équipement automobile durement frappées par la récession qui touche le secteur. Même au sein du groupe Renault, les responsables sont en train de préparer les structures pour que des unités du groupe soient sélectionnées comme fournisseurs de Renault Maroc. C’est le cas de l’usine de San Jeronimo, spécialiste des boîtes de vitesses que le groupe au losange possède à Séville. Il y a quelques jours, le responsable de Renault Espagne avait exprimé le besoin d’une meilleure voie de connexion entre Séville et Tanger, afin que cette usine puisse être sélectionnée. Actuellement, les seules options à partir de Séville sont la route et la mer via un port en eau douce qui est localisé sur le Guadalquivir. Et cette dernière option est la moins coûteuse, mais, en l’absence de lignes maritimes régulières, elle demeure hors de portée. Les responsables espagnols n’écartent pas la possibilité de mettre en place une telle ligne, d’autant plus que le port TangerMed multiplie les efforts pour se connecter à travers des accords de partenariat avec les principales plateformes portuaires européennes. Mais, selon l’autorité portuaire de Séville, le volume actuel est trop faible pour permettre une mise en place d’une telle liaison. Ceci n’empêche pas que des solutions sont en cours d’étude et qui devraient passer par la mise en place d’un transport dédié en intégrant d’autres types de marchandises. A noter que d’autres équipementiers installés en Espagne espèrent bien pouvoir eux aussi être sélectionnés pour fournir Renault Maroc à Melloussa. D’autant plus que la plupart sont déjà des fournisseurs de Renault Espagne. Mais comme le modèle économique est différent, avec une production essentiellement constituée de modèles low-cost, les critères économiques, particulièrement de coût, devront être plus stricts, selon un opérateur local. Les premiers à avoir «dégainé» sont les opérateurs catalans, qui avaient multiplié les demandes auprès de leur gouvernement régional pour étudier les formules d’intégration dans le cadre du projet Renault à Melloussa.Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc