×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Renault France: des efforts pour perdre son emploi

    Par L'Economiste | Edition N°:10 Le 02/01/1992 | Partager

    LE 19 Décembre dernier, lors d'un comité central d'entreprise, la direction de Renault a informé les syndicats d'un plan de 3.746 suppressions de postes pour l'année 1992.
    De 97.000 en 1984, les effectifs devraient tomber à un peu plus de 60.000 à la fin de l'an prochain. Le processus est loin d'être achevé, l'objectif étant l'an 2000, année butoir à partir de laquelle les constructeurs japonais pourront sans la moindre entrave pénétrer en Europe. En seize ans, le groupe aura sacrifié plus de la moitié de ses emplois.
    Le problème de Renault est aujourd'hui de créer le consensus social indispensable à la réalisation d'un tel effort de productivité. La direction se trouve en effet confrontée à un casse-tête pour l'instant insoluble: faire accepter à des salariés des efforts de productivité sans précédent, dont la contrepartie inéluctable est, fpour ces mêmes salariés, la disparition de leur emploi.

    Le plan social 1992 devrait comporter entre autres mesures d'accompagnement, 1800 départs en pré-retraite dans le cadre du Fonds National pour l'Emploi (F.N.E). Pour les personnes ne bénéficiant pas de ces procédures, toute une serie de mesures allant des congés de conversion aux primes de départ volontaire ou à l'aide au retour (pour les immigrés) seront mises en place.
    Courant Janvier, un comité d'entreprise devrait se réunir afin d'examiner la possibilité d'organiser un véritable partage du travail au sein de l'entreprise. L'idée est de développer le travail à mi-temps pour les salariés âgés de plus de cinquante ans, afin de dégager les ressources nécessaires à l'embauche des jeunes.
    Cette opération, qui se traduira dans un premier temps par 250 créations d'emplois pour 500 personnes placées à mi-temps, répond en outre au souci évident de lisser une pyramide d'âge à quarante trois ans dans l'ensemble du groupe.

    LaÏla TRIKI.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc