×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Renault en tête du peloton automobile européen

    Par L'Economiste | Edition N°:421 Le 13/01/1999 | Partager

    Merci Megane, merci Clio, merci Twingo. Grâce à elles, Renault a repris pour la première fois depuis 1983 les rennes du marché automobile européen. Son ambition est de porter sa production mondiale à 4 millions de véhicules à l'horizon 2010.

    Louis Schweitzer, le président de Renault, a de quoi pavoiser. La marque au losange a vendu en effet un volume-record de 2,128 millions de véhicules en 1998, une hausse de 15,8% par rapport à 1997. Il revient ainsi, de fort belle manière, dans le peloton de tête des constructeurs européens. En comptant les voitures particulières et les utilitaires, la marque devient même numéro un en Europe occidentale, juste devant l'Allemand Volkswagen, pour la première fois depuis 15 ans. Pour les seules voitures particulières, elle est actuellement troisième, juste derrière Volkswagen et Opel. Les marques Fiat comme Peugeot et Citroën viennent après.
    L'an dernier, les ventes du Français ont augmenté deux fois plus vite que le marché. Cette performance, Renault la doit à un trio appelé Mégane, Twingo et Clio. Ces trois modèles ont fait très fort, figurant parmi les quatre "best sellers" en Europe en 1998. Même s'ils restent largement distancés par l'éternelle Golf IV de Volkswagen.
    Renault a bénéficié notamment de la reprise du marché français, où ses ventes de voitures particulières ont augmenté de 14,5% après une chute de 20% l'an dernier lors de l'arrêt des primes gouvernementales d'incitation à l'achat. La demande a été également soutenue pour le reste du marché européen, à l'exception de l'Italie et de la Grande-Bretagne qui reculent depuis plusieurs mois.
    Renault consolide ainsi sa position en Europe, où il enregistre 82% de ses ventes. Mais l'ambition du constructeur français est de réaliser la moitié de ses ventes dans le reste du monde d'ici 2010 et de porter sa production mondiale à cette échéance à 4 millions de véhicules. Elle compte pour cela sur le projet de fabriquer des véhicules à moins de 6.000 USD (moins de 55.800 DH), cher au président Schweizer qui compte "construire, brique par brique, ces deux millions d'unités".
    Le groupe a une usine en Turquie pour desservir l'Europe centrale et orientale. Il est en outre en train de négocier le rachat du Roumain Dacia qui lui donnera une seconde marque destinée aux pays émergents et il se développe dans le Mercosur où il vise à terme une part de marché de 10%. Mais il reste absent dans les marchés américains où il a vendu sa participation dans AMC (Americain Motors Corp) à Chrysler en 1987 et a une position marginale en Asie, malgré une usine de montage de minibus sur la base de l'Utilitaire Trafic en Chine.
    Au Maroc(1), Renault a vendu près de 1.886 véhicules jusqu'au 17 décembre 1998, soit une progression de 30% par rapport à la même période de 1997. Il reste cependant distancé par un autre français, Peugeot qui réalise un chiffre de 2.421 véhicules et une part de marché de plus de 18%.

    Gassan KHABER

    (1) Selon les statistiques de l'Aivam (Association des Importateurs de Véhicules Automobiles Montés).

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc