×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Regional Air Lines prend de l'altitude

Par L'Economiste | Edition N°:805 Le 07/07/2000 | Partager

• Plan de développement ambitieux sur cinq ans• La compagnie renforce sa flotte en acquérant cinq avions Embraer de 40 à 50 places• Les deux premières livraisons sont prévues à l'automnePetit poussin deviendra grand. Trois ans jour pour jour après son premier vol commercial, RAL se rapproche de l'altitude de croisière. L'exercice 1999 a été un excellent millésime, se réjouit son jeune président-directeur général, M. Meh-di Alaoui. Régional Air Unes est finalement une véritable aventure, confie-t-il. Tous les indicateurs d'activité sont au vert: trafic passagers en hausse, 85.000 contre 45.000 l'année précédente (100.000 attendus cette année), chiffre d'affaires multiplié par plus de deux, à 85 millions de DH (36 millions l'an dernier) et pour la première fois, le transporteur a dégagé 8 millions de DH de résultat d'exploitation. Les premiers bénéfices devraient arriver très rapidement, le temps d'apurer les pertes des premières années.Mais la compagnie qui a réussi à asseoir sa crédibilité, en témoignent les nombreux accords de partenariat conclus avec quelques majors (Air France, Lufthansa, Iberia, Continental Airlines) ainsi que le code-sha-re avec Portugalia et l'Espagnol Spanair (conclu le 1er juin), ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Elle revoit ses ambitions à la hausse à travers un plan de développement sur cinq ans. Au coeur de celui-ci, l'extension de la flotte et la densification du réseau entamé déjà sur la Péninsule ibérique. La compagnie opère actuellement avec une flotte de quatre Beech 1900 D d'une capacité de 19 places. Pour accompagner son développement, Régional Air Lines va acquérir cinq avions «Embraer Régional« de fabrication brésilienne, des jets dotés de moteurs à réaction. Sur ce marché, le constructeur aéronautique Carioca était en compétition avec le Canadien Bombardier et Dornier, un joint-venture germano-américain. Chaque module coûte entre 15 et 20 millions de Dollars, soit un investissement global compris entre 750 millions et un milliard de DH. La livraison des deux premiers appareils est prévue avant la fin de l'année. Selon le président de RAL, le montage financier de l'opération est en cours de finalisation; y sont associées des banques marocaines et étrangères.Parallèlement, le transporteur est en train d'étoffer ses structures, En une année, ses effectifs sont passés de 80 à 120. Par ailleurs, la direction procède actuellement à la sélection de futures hôtesses de l'air qui voleront dans les jets achetés à Embraer. La compagnie a également investi 20 millions de DH dans son nouveau quartier général et un centre de maintenance à l'Aéroport Mohammed V. Pour la direction, l'objectif est de faire du poste entretien, «un gisement essentiel d'économies«. La compagnie vient d'ailleurs de s'engager avec l'assistance de Veritas, dans le processus de certification au JAR 145, un agrément délivré par l'Autorité Aéronautique Européenne, un label qui reconnaît au centre les capacités de maintenance des aéronefs immatriculés sur le Vieux Continent. Le transport aérien, c'est aussi un ensemble de standards très rigoureux à divers niveaux: maintenance, stock de pièces de rechange, etc. RAL détient en permanence 20 millions de DH en pièces de rechange, les pièces rebutées sont mises en quarantaine.Comme pour sa consœur publique (Royal Air Maroc), Regional Air Lines a souffert de la flambée du prix du kérosène et de l'appréciation de l'Euro par rapport au Dirham. Pour compenser, il fallait explorer de nouveaux gisements d'économies, explique M. Alaoui. Au premier chef, l'utilisation des avions et l'amélioration de la recette unitaire. Le temps d'utilisation mensuelle par avion est passé à 250 heures, ce qui a permis de lisser les charges fixes, élément crucial dans la structure des coûts d'exploitation dans le transport aérien. C'est la conséquence directe de l'extension de son réseau et de la multiplication des fréquences. La Péninsule ibérique apparaît comme l'axe stratégique de la compagnie. Elle aligne 5 fréquences sur Malaga, une rotation quotidienne sur Las Pal-mas, deux dessertes hebdomadaires sur Lisbone au départ de Casablanca et dès le 14 juillet, une fréquence quotidienne sur le Rocher (Gilbratar) au départ de Casablanca et Tanger. Marrakech et Fès n'avaient pas survécu longtemps dans la programmation de la compagnie, pour des considérations économiques et l'agressivité commerciale de la RAM, même si l'on s'en défend chez Regional Air Lines. Malgré un dégel amorcé il y a deux ans avec Royal Air Maroc et concrétisé par un accord interline, les relations entre les deux compagnies sont toujours aussi glaciales, confie M. Alaoui, «alors que les opportunités de collaboration sont énormes«.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc