×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Régie des Tabacs: Altadis négocie le reste

    Par L'Economiste | Edition N°:1980 Le 17/03/2005 | Partager

    . Le cigarettier veut racheter les 20% du capital. Des projets de diversification à l’étude. Première opération: Le TIR avec LogestaAltadis veut monter dans le capital de la Régie des Tabacs dont il détient 80%. Des négociations sont en cours pour acquérir les 20% restants. Cette information a été confiée à L’Economiste par une source proche du dossier. Une opération qui devra donner plus de latitude au cigarettier franco-espagnol dans sa politique de diversification. Altadis vient d’ailleurs d’en décliner un premier pan avec l’arrivée de Logesta, sa filiale de transport international routier (TIR). Comme nous l’indiquions dans notre édition de la veille, le lancement commercial de Logesta Maroc est prévu pour le 6 avril. “C’est un pari important pour le groupe Altadis au Maroc”, affirme d’entrée de jeu José Miguel Zaldo, conseiller auprès de la présidence d’Altadis lors d’une conférence de presse, le 15 mars à Casablanca. Nous voulons que le Maroc soit un centre opérationnel au même titre que les plates-formes du groupe dans le monde, ajoute Zaldo.L’enjeu est de développer la partie distribution et logistique, est-il expliqué. “Si nous avons valorisé aussi fortement l’entreprise (ndlr: 14 milliards de DH), c’est que nous pensons mettre en place des solutions logistiques avec une palette de services pour optimiser la distribution”, souligne Alexandre de Suzzoni, directeur du pôle Distribution et membre du directoire.. Favoriser la compétitivitéAujourd’hui, le tabatier compte reproduire son modèle au Maroc. Il s’agira de mener des chantiers parallèles au métier de base. Déjà pour 2005, 5% du chiffre d’affaires de la Régie devront être réalisés hors tabac.Pour Luis Alvares, DG du groupe Logesta, l’objectif via cette implantation au Maroc est de favoriser la compétitivité, faciliter le transport de marchandises vers l’UE et renforcer le partenariat avec un réseau de transporteurs compétitifs qui répond aux standards européens. Logesta Maroc aura pour cibles principalement trois filières: les produits textiles, les agrumes et la pêche. De l’avis d’Alexandre de Suzzoni, la distribution est un élément-clé de la stratégie du groupe Altadis. Car de par le monde et à la différence des majors du tabac, le groupe Altadis ne se spécialise pas uniquement dans son métier de base. En témoignent ses diverses activités: 50% pour la cigarette, 25% pour les cigares (n° 1 mondial) et 25% dédiés à la logistique et la distribution. Cette politique de diversification fait que la distribution hors tabac représente quelque 60% des activités d’Altadis. La démarche au Maroc est en perspective de la fin du monopole du tabac, prévue en 2007. Outre la logistique, la Régie des Tabacs accompagnera la diversification du groupe franco-espagnol. Parallèlement, des investissements conséquents seront consentis dès cette année ainsi qu’un nouveau centre de logistique et de distribution à Aïn Sebaâ. D’autres projets sont à l’étude et porteront essentiellement sur la mise à niveau des infrastructures de la Régie aux standards d’Altadis. Parallèlement, le management compte faire jouer l’effet de synergie dans la diversification de la distribution avec des produits de première nécessité et proches du tabac: articles fumeurs, confiserie, briquets, allumettes, cartes téléphoniques, e-recharge, papeterie… En général, des articles basés sur les achats d’impulsion. Une convention a été signée avec Maroc Telecom pour effectuer la recharge de cartes téléphoniques. “De petits produits, mais avec une forte valeur”, est-il signalé. Ainsi, des points de vente de la Régie seront désormais équipés de terminaux électroniques pour effectuer les recharges GSM. Un investissement conséquent a été consenti au profit des débiteurs.


    Potentiel de développement

    Autre niche potentielle de développement, la distribution de journaux et magazines. “C’est un secteur d’activité qui nous intéresse”, précise un directeur à la Régie sans en dire plus. Pour le moment, rien ne filtre encore. En fait, de nombreux projets sont à l’étude et seront dévoilés vers fin 2005, est-il annoncé. Pour Altadis, il ne s’agit pas de reproduire des schémas existants, mais plutôt s’adapter aux réalités et besoins locaux. Rappelons que la gestion de points de vente, les cartes téléphoniques, les timbres-poste, la presse et les livres ainsi que la distribution de produits pharmaceutiques constituent une part importante dans l’activité d’Altadis en Espagne. La distribution alimentaire via des réseaux de fast-food a également été investie. En France, Altadis gère plus de 20.000 références hors tabac. Mais en amont de l’élargissement, le cigarettier avait créé un pôle dédié au transport dont Logesta constitue l’épine dorsale.Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc