×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:9 Le 29/12/1991 | Partager

    Loi de Finances sans surprise
    malgré l'ampleur des enjeux de politique économique
    DEBATS sans surprise en séance plénière de la Chambre des Représentants sur le projet de Loi de Finances. Les amendements techniques avaient été préparés en commission (Cf L'Economiste du 19 Décembre) et la discussion de politique économique a été victime des usages oratoires, comme le font remarquer, chacun pour leur partie, notre confrère Al Bayane et le Ministre des Finances dans la réponse du gouvernement.
    L'ampleur des propositions de politique économique et spécialement la marche forcée vers l'équilibre sans une contrepartie de réformes dans le management administratif, méritait peut-être d'avantage d'intérêt. Apparemment ce n'est donc pas à la Chambre que se produit le renouvellement des idées et des modes d'expression.
    Par contre deux entretiens de personnalités politiques contiennent matière à développement.

    L'événement Benamour
    Les prises de positions de M. Abdelali Benamour qui se présente lui-même comme "homme de gauche" et est Président de l'Institut des Hautes Etudes de Management, soulèvent des réactions. Dans les colonnes de Al Bayane, le Pr Benamour trace un trait sur ce qu'il considère être un "malentendu historique entre les forces politiques" du Maroc. L'élite politique et économique a immédiatement interprété ses propos comme l'adhésion au consensus politique marocain.
    M. Benamour précise sa pensées et surtout ses références tout au long du texte, reproduit par Le Matin du Sahara. Il évoque notamment "une société civile alerte", la présence "d'élites dans tous les domaines", "l'émergence d'une classe moyenne" dont il précise qu'elle n'est plus seulement appuyée sur la fonction publique, le côté "précurseur" dans l'application du multipartisme marocain, ... autant d'éléments dont la négation faisait et fait encore partie des usages oratoires de la vie politique. Il ne s'arrête pas à ce recensement, mais y ajoute des observations sur l'ambivalence voire la contradictions des attitudes sociales et joue de sa crédibilité d'homme de gauche pour dire que l'économie marocaine n'a pas été sinistrée par des expériences de socialisme centralisateur.
    L'adhésion au consensus que représentent ces analyses permet au Pr Benamour de se livrer à des critiques virulentes de la politique sociale comme de la politique économique.
    Commentant brièvement pour L'Economiste, les réactions suscitées par ses prises de positions, M. Benamour nous fait remarquer que cette façon de voir est pour lui "assez ancienne et qu'il est satisfait de pouvoir l'exprimer en public maintenant, sans courrir le risque que son analyse soit mal interprétée par les différents partenaires.

    Les rélexions de M. Rachidi El Ghezouani
    Ministre délégué chargé du Plan, M. El Ghezouani livre dans les colonnes de Maroc Hebdo (n° 4) ses réflexions sur la dynamique des sociétés: "je reste partisan d'une société qui autorise tous les gains (qui) trouvent leur origine dans l'imagination et l'effort et réalisés de manière légale". Il pousse son analyse en précisant que "toutes les sociétés tournées vers le progrès sont inégalitaires" mais l'atténue en ajoutant que "l'écrasement des écarts reste un objectif qui ne peut être atteint que par la mise en oeuvre d'une réforme fiscale acceptée par tous".
    Si le monde politique ne s'est pas encore mis en vacances de fin d'année, les percées de MM. Benamour et El Ghezouani, devraient corser le débat pour la rentrée.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc