×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Marchés Financiers

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:467 Le 19/03/1999 | Partager

    · Un mammifère qui respire à travers la peau
    Un chercheur de l'Université McGill (Canada), Jacopo Mortola, vient de découvrir le seul mammifère qui soit capable de respirer par la peau. Son nom: "le dunnart" de Julia Creek. Chez ce marsupial australien de la taille d'une souris, la période de gestation ne dure que 12 jours.
    A la naissance, les petits ne mesurent que 4 mm, sont à demi transparents et leurs muscles sont si peu développés qu'ils ne peuvent pas actionner les poumons. Durant les premières semaines de leur vie, ils échangent leur gaz carbonique contre de l'oxygène directement à travers la peau.
    La découverte de Jacopo Mortola est d'autant plus spectaculaire que "le dunnart" de Julia Creek était considéré comme une espèce disparue depuis 20 ans.

    · Arme à double tranchant
    Afin d'empêcher le rejet d'un organe transplanté, les médecins prescrivent à leurs patients de la cyclosporine. D'une efficacité redoutable, cet immunosuppresseur apparaît cependant comme une arme à double tranchant, car il provoque parfois l'apparition de cancers. Des observations confirmées par l'étude de chercheurs japonais qui viennent de démontrer sa participation directe au développement de tumeurs et révèlent ainsi une partie des mécanismes mis en jeu.
    Exposées à l'immunosuppresseur in vitro, les cellules cancéreuses se divisent et se répandent plus facilement. Elles sont aussi capables de grandir sans se fixer à une surface solide.
    "La cyclosporine a l'avantage, par rapport aux autres produits similaires, d'être très bien acceptée au départ", indique Paolo Truffa-Bachi, immunologiste dans une unité de recherche associée à l'Institut Pasteur/CNRS, à Paris. "Mais elle nécessite impérativement une prise à très long terme qui dure souvent toute la vie et possède une toxicité certaine". L'un des problèmes majeurs réside notamment dans l'incidence importante, de l'ordre de 5%, de cancers chez les patients.

    · Du verre à toute épreuve
    Les maladroits n'ont plus de raisons de s'inquiéter. Des chercheurs italiens et américains viennent de mettre au point un procédé chimique qui, non seulement renforce le verre, mais lui donne également la propriété de délivrer un avertissement avant sa rupture. Reste que la technique de fabrication est encore très onéreuse. Les pare-brises automobiles fabriqués de ce verre ne sont donc pas prêts de voir le jour.


    · Une armée chinoise vaincue... par des moisissures

    Vieilles de 2.200 ans et découvertes à Xian en 1974 par les paysans chinois, 7.000 statues en terre cuite, sont menacées de destruction. Ces statues, retrouvées dans la tombe du premier empereur chinois représentent une armée antique au complet. Elles sont rapidement devenues l'une des attractions touristiques les plus courues en Chine. Et c'est justement ce qui pose problème. La respiration de tous les touristes qui visitent l'endroit est chargée de chaleur et d'humidité, assez pour modifier l'atmosphère de la bâtisse mal ventilée où sont préservées ces reliques. Résultat: Un environnement idéal pour la multiplication des moisissures.

    Aabelaziz MEFTAH (Info Science)

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc