×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Eco-Consom

Regard sur l'actualité

Par L'Economiste | Edition N°:34 Le 18/06/1992 | Partager

Rio: des principes, pas d'argent

Le sommet de la terre a pris fin après deux semaines de discussions. Les résultats ont été décevants: les déclarations de principe abondent, de grandes mesures sont préconisées mais les financements font défaut. Les pays en développement attendaient 70 milliards de Dollars supplémentaires. Ils n'en ont eu que deux. La CEE a promis une rallonge de 4 milliards de Dollars "dès que possible".
Pourtant, sur le principe Bush s'est donné le titre de "Président de l'Environnement". Mitterand, très poétique a rappelé notre devoir envers "la terre nourricière, notre maison, notre jardin, notre abri, notre aliment". De grandes intentions qui n'ont pas abouti au mariage espéré de la politique et de l'environnement.

L'unité du monde ne s'est pas faite. Au contraire cinq blocs se sont constitués autour des divergences écologiques.
Les Etats Unis laissent une image de premier pollueur mondial qui refuse de payer les dégâts. Le Japon, deuxième pollueur et une des grandes victimes veut devenir le premier investisseur en la matière. Un signe de ses capacités à prévoir et devancer. L'Europe, qui doute de son unité après le vote danois, se présente comme le bastion mondial de l'environnement. Ce qui était "les pays de l'Est" est désormais appelé "les pays en transition". Leur situation est ambiguë: ils sont pollués, hérissés de centrales nucléaires, mais pauvres en infrastructure. Comme les pays en développement d'ailleurs, dont le principal souci et de ne pas freiner la croissance par des contraintes écologiques.
La déclaration sur la forêt notamment pourrait empiéter sur leur droit d'utiliser leurs ressources en bois.

L'armée japonaise sortira

L'armée japonaise est autorisée à quitter son pays. C'est une mesure limitée au maintien des opérations de paix, dans le cadre des troupes de l'ONU.
C'est surtout une frontière symbolique qui est franchie. Le général Mac Arthur avait donné au Japon la démocratie mais lui avait imposé, dans sa constitution, un article maintenant ses armées (245.000 hommes actuellement) à l'auto-défense, à l'intérieur des frontières.
Les japonais héritiers des Kamikazes et des Shoguns, étaient contraints d'abandonner leurs vertus guerrières. Pourtant, il avait arrêté les Mongols, humilié le Tsar sur la mer, bombardé Pearl Harbour.

Ils n'avait été vaincus que par l'arme nucléaire. Ils seraient même devenus pacifistes. Les Américains qui leur avaient imposé cette réserve sont allés les réveiller, les accuser de pratiquer la diplomatie des "carnets de chèque", notamment lors de la Guerre du Golfe. Les voisins asiatiques, la Chine, les deux Corées, et même Singapour s'inquiètent déjà. Les 137 députés du principal parti d'opposition social démocrate avaient tenté de faire obstruction à la loi en démissionnant en bloc. Faisant trainer le vote pendant 4 jours, ils ont adopté ce qu'ils appellent "la marche du buf" perdant du temps, égarant leurs bulletins de vote ou se livrant à leur jogging, au parlement.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc