×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Eco-Consom

Regard sur l'actualité

Par L'Economiste | Edition N°:32 Le 04/06/1992 | Partager

Le Nord et le Sud au sommet de la terre

Le "sommet de la terre" qui s'est ouvert le 3 Juin réunit le plus grand nombre de Chefs d'Etats et de gouvernements de l'histoire. Les participants, dont le nombre atteint les 30.000 ne peuvent d'ailleurs décider d'aucune mesure immédiate. Au mieux, ils adopteront une "charte de la terre", calquée sur la déclaration des droits de l'homme, qui d'ailleurs reçoit peu d'application, deux siècles après avoir été promulguée.
Il leur faudra aussi se mettre d'accord sur "l'Agenda 21" un ensemble d'objectifs à atteindre, avant le 21ème siècle, mais qui nécessitent quelques financements, dans les PVD en particulier. La France propose un prélèvement de 0,7%, sur les PNB des pays du Nord en faveur des pays du Sud. Les rapports Nord-Sud et les problèmes de développement se trouvent au centre des désastres écologiques. Le Nord se soucie d'un environnement qu'il a pollué par son industrialisation effrénée, c'est la rançon de la richesse. Le Sud a créé des déséquilibres par sa démographie. Il se soucie peu de la protection de l'environnement car il n'a pas encore nourri tous ses hommes. Ou bien encore, les solutions de "transfert de technologie" polluantes, sous forme d'usine ou de déchets sont évoquées. La bipolarisation Nord-Sud apparaîtra aussi à propos de la convention "forêt espace vert". Les PVD comprennent mal que l'exploitation de leurs forêts leur soient interdites, après que le Nord ait pillé les siennes. La convention sur "l'atmosphère et le réchauffement du climat" a déjà été acceptée en réunion préparatoire. Les riches surtout, devront réduire leur consommation et leur circulation automobile.
La dernière convention qui devrait être signée concerne la "bio-diversité". Ici le Nord se soucie des espèces végétales ou animales en voie de disparition alors que le Sud est occupé à la survie de ses hommes.

"Ross For Boss"

GEORGES Bush et Bill Clinton, candidats des deux partis américains pourraient être battus, d'après un dernier sondage par Roso Perot, candidat milliardaire du Texas. Ross Perot a tout de Rambo, dernier mythe américain déjà surnommé le "chevalier blanc", il a organisé des sauvetages d'otages retenus en Iran, parachuté des dindes de Noël aux prisonniers du Nord Vietnam. Un multi milliardaire rassurerait aussi les opérateurs économique: vendeur chez Bull, il avait quitté la compagnie qu'il incitait vainement à développer le service après vente. Il monte une affaire dans le créneau de la maintenance informatique, avec quelques centaines de Dollars, qu'il revend 20 ans plus tard, pour quelques milliards, à la GM dont il devient Vice-Président.

Report de la visite de M. Delors

Le Président de la Commission Européenne devait effectuer une visite éclair d'une journée, le jeudi 5 Juin, à Rabat.
Cette visite a été reportée, M. Delors devant assister à la réunion extraordinaire de la Commission européenne après le vote négatif des électeurs danois concernant le Traité de Maastrich. Le principe de la visite est maintenu, il reste seulement à fixer une date.
Cette visite s'imposait après les avatars du protocole financier au Parlement européen d'une part et les développements autour du rapprochement du Maroc avec l'espace Communautaire. En principe, "si l'opportunité est bonne", le protocole pourrait être représenté au Parlement au cours de Juin. La "qualité" de l'opportunité se jugera, précisent les observateurs, aux chances d'avoir une majorité favorable dans la salle. Il se dit, sans confirmation officielle, que la Présidence du Parlement veut éviter d'aller au devant d'un échec. Quant au dossier du rapprochement euro-marocain, il est maintenant placé dans un cadre plus vaste, celui de l'espace euro-maghrébin et l'expression libre échange a disparu. Rabat ne s'en inquiète pas. M. Delors et les autorités marocaines devaient en principe aborder des questions comme le Sahara, la drogue, les Droits de l'Homme,...

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc