×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Eco-Consom

Regard sur l'actualité

Par L'Economiste | Edition N°:226 Le 18/04/1996 | Partager

Pour Nadir Yata

(avec des mots de Nazim Hikmet* que Nadir avait beaucoup aimé)

Nadir, c'était d'abord les moustaches, une belle paire de moustaches que le temps avait à peine blanchies et qu'il portait comme l'emblème du bonheur de vivre. Et puis c'était le grand sourire. Il n'en fallait pas beaucoup pour transformer le sourire en rire...

En nos paysages humains, le rire n'est-il pas le meilleur moyen de combattre les raideurs, la bêtise?

Ce qui est le pire pour l'homme

C'est de porter sa prison en lui

Consciemment ou inconsciemment

La plupart des hommes en sont arrivés là

Des hommes honnêtes, laborieux et bons.

La tendresse souriante, n'est-ce pas le meilleur moyen de se débarrasser des prisons que l'on traîne avec soi, jusque dans la tête? De se débarrasser de tous ces boules qui font que l'on entre à reculons dans l'avenir, et parfois même dans le présent?

Nadir est passé par des forêts d'idoles et Dieu, que sous son rire, elles s'écroulaient facilement!

Son humour, son sens de la formule et par-dessus tout son bon sens ont été déterminants pour faciliter l'évolution du PPS, d'abord, celle de la société marocaine ensuite. Les idoles? Le protectionnisme, l'arabisation, l'impérialisme...

Si l'évolution du Maroc se joue entre l'archaïsme et le modernisme, alors les modernistes ont perdu, avec Nadir Yata, un de leurs champions, une force de la nature.

C'est un dur métier que la mort, surtout pour ceux qui restent.

Social: Le dialogue et le terrain

Alors que le dialogue social tient ses assises autour du développement, les 18 et 19 avril, à coups d'interventions savantes, l'agitation continue, signe d'absence de dialogue à la base. La Santé Publique, qui vient de connaître une grève, les 26 et 27 mars, en relance une autre pour les 24 et 25 avril. C'est la CDT et l'UGTM qui sont à la base du mot d'ordre. Dans l'industrie, l'UMT continue son bras de fer contre M. Karim-Lamrani à la Somadir et M. Mohamed Berrada à Colorado. "Les travailleurs vont riposter", avertit le dernier communiqué, par "toute forme d'action" aux provocations. L'UMT accuse M. Lamrani de vouloir faire signer des lettres-types de non-participation syndicale, avec formules obséquieuses, et des demandes de réintégration. A Colorado, Me Berrada est accusé par le syndicat d'avoir remplacé tout l'effectif de l'usine par des temporaires, et d'avoir fait condamner le bureau syndical.

Procès : Nouveaux inculpés

Les procès de Ali Amor et Jaï Hokeimi s'enlisent, et de nouvelles inculpations sont prononcées. Pourtant, au même moment, des réunions se tiennent au Ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat pour trouver des solutions administratives et financières, afin d'apurer les AT. Des mesures techniques sont à l'étude pour compléter la dernière circulaire. Entre-temps, Abdelaziz Tahiri et Mohammed Ben Taleb sont poursuivis. Le second fut haut fonctionnaire à la préfecture, directeur de l'OFEC, député RNI, président de commission parlementaire.

Benabderrazik: Les pharmaciens solidaires

"Colère", "consternation" suite à "la lourde condamnation à 9 ans de prison ferme". Les pharmaciens d'officine de Casablanca, par la voix de leur syndicat, ont communiqué, le jour même du jugement de Moncef Benabderrazik, leur mécontentement. Ils regrettent que "l'avis des autorités scientifiques qui démentent les résultats de l'Institut Pasteur Marc n'ait pas été pris en compte". Ils se disent même "menacés" dans leur sécurité et la liberté d'exercice de leur profession.

* Chantre de l'indépendance, Nazim Hikmet est le plus grand des poètes turcs. Membre du Parti Communiste, une vingtaine d'années de prison en Turquie, puis l'exil en URSS, dans les pays de l'Est et à Paris, il est retourné en Turqui après la gloire venue dans les années 70. Avec le mouvement de Malonovski, Nazim Hikmet a été l'un des premiers à prendre ses distances avec le Stalinisme. Ses principaux recueils de poèmes: "Paysages humains", "En cette année mille neuf cent quarante et un" et "C'est un dur métier que l'exil".

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc