×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Eco-Consom

Regard sur l'actualité

Par L'Economiste | Edition N°:20 Le 12/03/1992 | Partager

Le FIS interdit, Le Pen harcelé


LE FIS en Algérie, et le Front National de Le Pen, vivent ces derniers jours des situations similaires quoique le contexte politique des deux pays soit diamétralement opposé.
M. Le Pen, ne portant pas les Arabes dans son coeur, et l'intégrisme qui les touche, même en France, n'aurait pas supporté la comparaison.
La France est en campagne électorale pour les élections régionales, l'Algérie connaît la situation politique que l'on sait. Les deux partis nés dans la démocratie et portés par les élections successives sont attaqués sur un principe simple, qui fait autorité lors du plus simple meeting estudiantin: «pas de liberté aux ennemis de la liberté». Leurs détracteurs font le parallèle facile avec Hitler, élu chancelier d'Allemagne, le plus démocratiquement du monde avant d'usurper tous les pouvoirs.
Le H.C.E qui ne remet pas en cause le multipartisme a choisi une procédure judiciaire, pour sauver la façade de la légalité. La Chambre Administrative de la Cour d'Alger, a prononcé la dissolution du FIS. La chambre était présidée par une de ces femmes que le FIS voulait renvoyer aux fourneaux.
La mesure légale intervient alors que les mesures violentes, d'arrestation des dirigeants et militants du FIS sont épuisées.

Les mesures fortes ont commencé en France contre M. Le Pen qui veut devenir président de la région Côte d'Azur.
Les socialistes et les démocrates organisent des manifestations pour empêcher ces meetings. Les manifestations dégénèrent en violence, les vitrines sont cassées et les voitures brûlées. De tels incidents, s'ils avaient lieu dans le tiers monde seraient qualifiés par les Français «d'émeutes politiques». Quoiqu'il en soit, pour prévenir le cycle violence-répression les préfets interdisent les meetings de Le Pen, où n'assistent parfois que quelques dizaines de personnes.
Dans le cas français et algérien, un parti d'opposition est diabolisé par un pouvoir, qui en fait un bouc émissaire, à défaut de développer un discours ou une politique satisfaisant les populations. Les partis interdits ici, harcelés là, deviennent des martyrs, et cristallisent les mécontentements. Surtout que l'un et l'autre disposent d'une première assise populaire, 15% pour Le Pen et la majorité des votants pour le FIS.
Reste à résoudre aussi, les problèmes d'urbanisme et de chômage, qui dans les deux pays, aux destins autrefois liés, poussent les électeurs vers l'extrémisme.

Michel-Ange a frappé


APRES l'IHV, virus du Sida auquel on ne trouve pas de vaccin ou de traitement radical, c'est au tour du virus Michel Ange de donner des soucis à la communauté scientifique internationale. Si l'IHV est né aux confins de l'Afrique de l'Est et a fini par ébranler un occident sûr de son savoir, Michel Ange, virus informatique, a été créé au Taïwan, l'un des dragons asiatiques, passés maître du montage des transitors, puis des composants électroniques, et aujourd'hui de la fabrication des disquettes et des logiciels. Comme le Sida sa genèse est due au hasard, une société spécialisée dans la banale copie des programmes l'ayant involontairement fait circuler sur des disquettes infectées.

L'auteur de la plaisanterie, voulait rendre hommage à Michel-Ange avec un petit bout de programme de 2.500 octets, et lui donne pour mission de remplacer les données inscrites dans la mémoire par des caractères aléatoires, le jour anniversaire du peintre. La tendance étant aux réseaux branchés, Michel-Ange devait se propager, comme l'IHV, dans cette population à risque. Certains préconisent déjà d'éviter la multiplication des contacts des ordinateurs avec les disquettes à risque pour éviter la contamination. Aucun vaccin ne s'est avéré efficace, et pourtant le laboratoire du mensuel américain PC Magazine en a essayé une vingtaine, et la National Computer Security Association une vingtaine d'autres.
Le 6 Mars, date présumée de Michel-Ange, le virus a frappé dans une centaine d'entreprises à Londres, mais aussi en Australie, en Afrique du Sud, en Allemagne. La France et les USA semblent épargnés par l'épidémie. Mais attention aux porteurs asymptomatiques que sont les compatibles avec les PC d'IBM. Le virus pourrait se déclencher le 19 Mars, date de naissance de Michel-Ange sur le calendrier grégorien, le 6 Mars ayant été fixé par erreur sur le calendrier Julien par les pirates asiatiques, ignorant ces subtilités de l'histoire européenne.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc