×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:166 Le 09/02/1995 | Partager

    Dans "ça vous intéresse" : Les nouveaux produits de l'alimentaire

    Les produits alimentaires et les nouvelles habitudes de consommation, le marketing et la recherche-développement des produits, mais aussi la sécurité alimentaire, la répression des fraudes et des conseils au consommateur ont été les différents chapitres et thèmes traités par l'émission mensuelle "ça vous intéresse". L'invité principal de l'émission conçue par 2M, avec le concours de L'Economiste, a été M. M'Barek Essatara, professeur en alimentation et nutrition humaines à l'Institut Agronomique et Vétérinaire de Rabat. Voir par ailleurs notre supplément "Agro-alimentaire"

    L'art "anti-religieux"

    UNE soirée organisée le 3 février dernier par les étudiants d'une cité universitaire de Casablanca s'est terminée sous les coups de barres de fer, de matraques et de pierres de certains étudiants se qualifiant d'"islamistes". Ceux-ci ont reproché aux "autres étudiants" d'écouter de la musique et de la poésie, qualifiées de "débauche". Triste mentalité germée qui considère l'art comme un acte immoral ou "anti-religieux". Tout un art s'est développé à travers les siècles autour de la religion tels que la calligraphie ou encore les chants sacrés.

    Droits de l'Homme : Des progrès "substantiels"

    LA presse de l'opposition vient de publier un rapport américain sur les progrès des droits de l'Homme au Maroc, qualifiés par ce document de "substantiels". Le rapport passe en revue entre autres la vie politique marocaine en 1994, l'appareil judiciaire, les réformes économiques. L'amnistie a, de son côté, concerné, en 1994, 424 prisonniers politiques. Le gouvernement a démarré le paiement des dommages-intérêts aux ex-prisonniers ayant survécu à l'incarcération à la prison de Tazmamart. Une loi datant de 1934 permettant l'emprisonnement d'opposants politiques a été abrogée. Le censure de la presse a décru. Le Ministère des Droits de l'Homme, poursuit le rapport, a élargi ses opérations et continué à mener le dialogue avec des groupes de droits de l'Homme locaux et internationaux. Cependant, souligne la presse d'opposition, certains problèmes fondamentaux de droits de l'Homme sont restés en suspens. "Des rapports dignes de crédibilité indiquent que les forces de sécurité ont porté souvent atteinte à des prisonniers et causé la mort de trois personnes en garde à vue; des agents responsables d'abus en matière de droits de l'Homme n'ont pas fait l'objet de poursuites judiciaires".

    Marché de Ramadan

    FRUITS et légumes, viandes... Ils occupent encore le devant de la scène, comme tous les ramadans. Double déception des consommateurs qui arpentent les allées des marchés avec des visage désolés. Aux traditionnelles poussées de prix se mêlent cette année les effets de la sécheresse. Les denrées ont perdu de leur superbe. Les autorités multiplient les visites et les contrôles sur les étalages, relayées par la TVM. Au passage, les fourchettes des prix des denrées essentielles (farine) sont rappelées. Pour les fruits et légumes, il est timidement souligné qu'ils sont soumis à la loi du marché mais que les autorités veillent à la qualité. La libéralisation des sucres, céréales, graines oléagineuses, huiles et dérivés est ajournée et reportée au 1er juillet, annonce le Ministère du Commerce et de l'Industrie; "les mesures d'accompagnement nécessaires à la libéralisation du commerce extérieur de ces produits ne sont pas encore prêtes".

    Intérêts en Algérie

    LA France et l'Europe avec elle ont encore des intérêts importants en Algérie. Si leurs ressortissants, visés par le terrorisme, s'empressent de partir, les Etats et les grandes multinationales restent impliqués dans l'exportation du gaz et du pétrole. Le gazoduc Maghreb-Europe en est le meilleur exemple. C'est ainsi que les spécialistes expliquent la dernière sortie du Président Miterrand sur l'Algérie. Celui-ci a proposé une conférence internationale sur l'Algérie, "initiative de fin de règne", rétorque-t-on du côté du pouvoir algérien, touché dans son orgueil, qui veut une solution sur son sol. Le FIS, rallié au FLN et aux autres partis d'opposition, approuve Miterrand. Les Etats-Unis, qui, eux aussi ont beaucoup d'intérêts énergétiques en Algérie, prennent beaucoup de risque avec les “Islamistes", en dépit des déboires passés en Iran et au Liban. Ils accueillent les exilés du FIS et poussent, plus que les Français, au dialogue avec eux.

    La transparence et le social : Le Ministère de l'Emploi réagit

    Dans notre précédente édition nous avions révélé le contenu d'un rapport établi par les experts du BIT au gouvernement sur l'état de la prévoyance sociale. Il était écrit: "le rapport a été remis au gouvernement qui le garde bien secret en dépit de tous les beaux discours sur la transparence". Le Ministère de l'Emploi et des Affaires Sociales, qui exerce sa tutelle directe sur la CNSS et qui est partie prenante dans d'autres caisses de retraite ou de maladie, tient à préciser que ce rapport a été ordonné par le gouvernement. Le Ministère souhaitait "comprendre les choses, les poser dans toutes leur rationalité et leur cohérence, leur objectivité avant toute décision".

    Le Ministère confirme que le rapport n'est pas rendu public mais que "les partenaires sociaux concernés avec leurs spécialistes" ont été saisis.

    L'UMT pour sa part, à la mi-janvier, affirmait ne pas l'avoir reçu. La commission sociale de la CGEM indique ne pas l'avoir encore reçu non plus au 6 février 1995.

    Ce rapport préliminaire est daté d'août 1994. D'autres, thématiques devaient parvenir entre-temps.

    Ce rapport du BIT insiste d'ailleurs sur une large implication des opérateurs concernés (dont les assurés) pour toute réforme. Non par principe, mais surtout par calcul: les opérateurs trouvent vite des défauts et des failles dans les systèmes qui leur sont parachutés. A l'usage, les systèmes devient de leur objet, deviennent difficiles d'application.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc