×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:160 Le 29/12/1994 | Partager

    Les droits de l'Homme à l'école

    "Agitateur" ou "activiste", aurait répondu un enseignant à un lycéen qui aurait évoqué les droits de l'Homme. Aujourd'hui, MM. Azziman et Knidri signent une convention pour introduire ce thème à l'école, afin de marquer la volonté gouvernementale de rejoindre les aspirations populaires.
    C'est le deuxième tabou qui est levé pour les programmes, après celui des langues berbères. Reste à convenir de l'application.
    Une brèche large est peut-être ouverte: les droits de l'Homme dans l'enseignement sont des principes juridiques, mais aussi les rapports "maîtres"- élèves, les relations d'autorité, l'approche critique du savoir. Les habitudes pédagogiques de l'enseignement pourraient être bousculées.

    Le foot sans but

    Heureusement qu'il existe des initiatives privées, même en football. Un seul match, WAC-OM, a fait mieux que toute une journée de championnat, en matière de buts. L'initiateur de la "super-coupe euro-africaine" a pu obtenir un 3-2 en faveur des Marseillais: le club casablancais avait pris la précaution de rappeler deux anciennes vedettes, Nader et Ndaw. Cinq buts! Les 16 équipes de championnat n'en avaient pas marqué plus le dimanche précédent.
    Les amateurs de football voient ce sport s'enfoncer dans la médiocrité depuis la dernière Coupe du Monde.
    Les buts, qui sont toute la magie de ce sport, viennent à manquer. Ils ne sont qu'une exception, un hasard du ballon. Et les stades se vident.

    Un conseil pour le patrimoine halieutique

    La pêche hauturière se plaint de la dégradation de la ressource halieutique. Même inquiétude au niveau de la pêche côtière.
    Au rythme de l'exploitation actuelle, il ne restera plus de cette denrée animale qui se renouvelait automatiquement. Un Conseil supérieur pour la sauvegarde de l'exploitation du patrimoine halieutique sera créé suivant les Hautes Directives de Sa Majesté le Roi au dernier conseil des ministres.

    Le Prix Grand Atlas encore reporté

    Le Prix Grand Atlas pour l'année 1994 devrait être décerné le 4 mars 1995. Le prix, le troisième du nom, concerne cette année le roman, la poésie et le théâtre. Il s'agit du deuxième report, alors qu'initialement la remise devait avoir lieu à la mi-décembre 1994. Des jurés ont été ajoutés par rapport à la première liste (Cf L'Economiste du 8 décembre 1994). Ce prix est piloté par le Bureau du Livre placé auprès de l'Ambassade de France.

    Airbus: Triste spectacle

    Bruce Willis ou Silvester Stallone aurait pu être là. L'assaut donné par le GIGN à l'Airbus à Marseille est répercuté par toutes les télévisions du monde grâce à un jeune reporter futé. Les super-gendarmes français, vêtus de noir et cagoulés comme des Ninja, sont intervenus pour sauver les innocents otages des mains de dangereux terroristes. D'un côté, les bons, les courageux ont triomphé, de l'autre les méchants ont perdu, abattus sur place. L'affaire de l'Airbus d'Air France, détournée par les Islamistes algériens, a tourné au film d'action.
    Même s'ils ont échoué, les Islamistes ont montré qu'ils pouvaient s'infiltrer n'importe où en Algérie, même sur une piste d'aéroport bien gardé. Ils disposent d'un réseau de complicités et de sympathies pour des actions de volonté. L'Etat algérien a échoué là où l'Etat français a réussi. L'image de l'Islam est encore une fois affectée: les terroristes s'en réclamaient, ont distribué des foulards aux femmes avant d'abattre de sang froid 3 otages comme des agneaux. "En représailles" de l'assaut français, des religieux français sont tués en Algérie.

    La route de Grozny

    Investir la capitale tchéchène s'est révélé plus difficile que prévu. Le petit peuple musulman résiste à l'armada mécanique russe, qui commence par pilonner Argoun, sur sa route vers la capitale puis Grozny même. Les militaires russes, traînent la botte. Peu convaincus de la cause, ils se souviennent que l'immensité du territoire et le froid avaient permis à leurs prédécesseurs d'enliser les armées napoléennes et nazis et de les vaincre. Ils ne veulent pas non plus l'expérience afghane. Véritable Vietnam de l'armée soviétique

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc