×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Réformes: La Turquie épinglée

    Par L'Economiste | Edition N°:2392 Le 01/11/2006 | Partager

    . Un rapport de la commission européenne attendu le 8 novembreLa Commission européenne va dénoncer dans son rapport annuel sur la Turquie le 8 novembre le «ralentissement des réformes» et les carences en matière de liberté d’expression, a-t-on appris mardi de source européenne. «C’est un rapport critique, le rythme des réformes s’est ralenti», a indiqué cette source, soulignant malgré tout que «des choses ont été faites». Les députés turcs ont notamment adopté une grande partie d’un paquet législatif très attendu par Bruxelles, notamment la loi créant le médiateur chargé de régler les conflits entre l’Etat et les citoyens et des dispositions mettant fin à la discrimination contre les Roms. Seule une disposition polémique sur l’élargissement de la liberté de culte, et en particulier sur la restitution des biens appartenant aux fondations religieuses non musulmanes, est encore en discussion. Sans surprise, le rapport sera en revanche «très critique sur la liberté d’expression», a ajouté la source européenne. Le commissaire à l’Elargissement Olli Rehn demande en particulier depuis des mois la modification ou la suppression de l’article 301 du code pénal, qui a permis à la justice turque de poursuivre plusieurs dizaines d’auteurs, dont le prix Nobel de littérature 2006 Orhan Pamuk. Le rapport du 8 novembre ne manquera évidemment pas de revenir également sur le refus de l’ouverture par la Turquie de ses ports et aéroports aux navires et avions chypriotes grecs. Mais la Commission attend de voir si les efforts de la présidence finlandaise de l’UE pour trouver une solution aboutissent. La présidence a prévu une réunion sur Chypre les 5 et 6 novembre avec les principaux acteurs concernés, Turcs, Chypriotes grecs et Chypriotes turcs, pour discuter d’un compromis qu’elle a proposé il y a quelques semaines. Ce plan se concentre sur la levée de l’embargo commercial de Chypre du Nord (Chypriotes turcs), réclamée par Ankara comme condition préalable à l’ouverture de ces ports aux navires chypriotes grecs.


    Réunion sur Chypre les 5 et 6 novembre

    La présidence finlandaise de l’UE organise les 5 et 6 novembre une réunion sur le problème chypriote, juste avant la publication du rapport crucial de la Commission européenne sur les progrès de la Turquie vers l’UE. Le porte-parole de la présidence n’a pas précisé qui seraient les participants à cette rencontre ni le lieu précis où elle se tiendrait, probablement près d’Helsinki. «Le côté chypriote turc a reçu une invitation de la Finlande», a indiqué une source chypriote turque. Cette source a précisé que le «ministre des Affaires étrangères» de la République turque de Chypre du Nord (RTCN), reconnue uniquement par Ankara, serait présent à cette réunion. Selon la chaîne turque privée NTV, les Finlandais ont également invité le chef de la diplomatie chypriote grecque George Lillikas et son homologue turc Abdullah Gül pour discuter d’un possible compromis sur Chypre avant la publication du rapport de Bruxelles du 8 novembre. Selon une source diplomatique, plusieurs réunions devraient être organisées, d’un côté avec les Chypriotes grecs, de l’autre avec les Chypriotes turcs, pour parler essentiellement de questions commerciales. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc