×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Réforme agraire
Espoir pour des millions de paysans pauvres

Par L'Economiste | Edition N°:2225 Le 02/03/2006 | Partager

. Rendez-vous mondial à Porto Alegre du 7 au 10 marsLa réforme agraire constitue «un espoir pour des millions de paysans pauvres» et permettrait de «briser le cercle vicieux de la faim», a affirmé le 1er mars à Rome la FAO, organisatrice d’une conférence internationale sur ce thème qui s’ouvrira le 7 mars à Porto Alegre (Brésil). La «Conférence internationale sur la réforme agraire et le développement rural»  qui se tiendra du 7 au 10 mars  sur le campus de l’Université catholique du Rio Grande do Sul, dans le sud du Brésil, sera inaugurée en présence du président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva. «Les trois quarts des 852 millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde vivent en zone rurale et tirent leur subsistance de l’agriculture. La réforme agraire» constitue «un espoir pour des millions de paysans pauvres», a indiqué l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). «La plupart sont des paysans sans terre ou qui cultivent des parcelles tellement petites ou si peu productives qu’elles ne leur permettent pas de nourrir convenablement leur famille», selon la FAO. Selon elle, «de nouvelles possibilités de développement rural et des réformes agraires permettraient à un grand nombre de paysans pauvres d’accéder de manière stable et équitable aux ressources productives de base comme la terre et l’eau et de briser ainsi le cercle vicieux de la faim et de la pauvreté». «Il ne reste plus que dix ans pour atteindre l’objectif fixé par la communauté internationale de réduire de moitié le nombre de sous-alimentés dans le monde», a rappelé la FAO. Au cours des débats seront notamment évoquées les questions de l’accès des plus pauvres aux ressources productives de base, l’amélioration des capacités de gestion locale des ressources naturelles, ou encore l’identification de nouvelles possibilités de développement pour renforcer les communautés rurales.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc