×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
Economie Internationale

Réduction de pêche : Les Quinze rejettent les propositions de Bruxelles

Par L'Economiste | Edition N°:250 Le 17/10/1996 | Partager


Les propositions de réduction de pêche avancées par la Commission Européenne pour sauvegarder les espèces ont été rejetées à l'unanimité le 15 octobre, lors du Conseil des ministres.
«Aucun Etat ne pourrait soutenir des conditions aussi draconiennes», souligne M. Sean Barett, qui exerce la présidentielle semestrielle de l'Union.
Pourtant, la commissaire Mme Emma Bonino croit fermement à ses thèses. Elle n'ignore pas toutefois qu'il lui faudra alléger ses exigences si elle veut passer «le programme d'orientation pluriannuel» (1997-2002).
Ainsi, dans un premier temps, elle avait proposé un déclassement des flottes communautaires de 40% sur cette période.
Elle assure, depuis, avoir été mal comprise; il s'agit d'une réduction de 40% des captures pour assurer la reconstitution des stocks les plus menacés.
Plusieurs pays ont fait savoir qu'ils ont déjà accepté des efforts de réduction au cours des années précédentes.
Aujourd'hui, ils ne peuvent faire plus. Quant au Royaume-Uni, il refuse toute concession tant qu'il n'a pas obtenu gain de cause dans son conflit avec les Espagnols qui pêchent avec des bateaux britanniques sur les côtes de l'Angleterre.
Les espèces les plus sensibles sont la morue, la sardine et le saumon. Des réductions moindres suffiraient pour la sole, le maquereau et la plie.
Pour le thon tropical ou le hareng de la Mer Baltique, il n'y a pas de danger immédiat.
En l'absence d'accord, la commission et la présidence irlandaise ont décidé d'entamer des discussions avec chaque pays membre pour tenter de dégager un accord pour le prochain Conseil qui se tiendra en novembre.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc