×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Record historique pour le baril de Brent

    Par L'Economiste | Edition N°:2571 Le 17/07/2007 | Partager

    . L'Opep table sur une forte demande en 2007LE baril de Brent a frôlé hier son record historique de l’an dernier, à 78,40 dollars à Londres. Il est dopé par l’activité spéculative de fonds d’investissement, les craintes liées aux approvisionnements en essence aux Etats-Unis et la situation nigériane. Les cours du pétrole sont dorénavant à portée de leurs records historiques d’août 2006. Le «light sweet crude» avait touché 78,40 dollars à New York, le 14 juillet 2006. C’était au moment où l’invasion du Liban par Israël dopait les cours et où les tensions sur le dossier nucléaire iranien étaient maximales.Trois semaines plus tard, le 7 août 2006, le baril de Brent avait atteint 78,64 dollars à Londres. Depuis plusieurs semaines, les cours du pétrole sont tirés par la crainte que l’offre d’essence aux Etats-Unis ne réponde pas à la forte demande saisonnière.Selon le rapport publié la semaine dernière par le département américain de l’Energie, les raffineries américaines ont tourné à 90,2% de leurs capacités la semaine achevée le 6 juillet. Les cours restent soutenus par ailleurs par les troubles au Nigeria, les risques liés à la saison des ouragans aux Etats-Unis et par le contentieux sur le dossier nucléaire iranien.Ces facteurs ont attiré l’argent des fonds spéculatifs, qui comptent profiter de nouveaux records. Le ralentissement économique américain détourne partiellement les investisseurs de Wall Street, à la recherche d’actifs alternatifs. Dans ce contexte tendu, toute annonce suggérant un problème d’offre peut entraîner une nouvelle hausse des prix. Par ailleurs, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu inchangées ses estimations de demande de pétrole pour 2007. Il devrait progresser de 1,5% soit 1,3 million de barils par jour, selon son rapport mensuel publié le 16 juillet.L’Opep table ainsi sur un volume total de demande mondiale de pétrole à 85,59 mbj contre 85,61 mbj prévus en juin dernier, selon son dernier rapport publié à Vienne. Pour 2008, la progression de la demande mondiale de pétrole devrait atteindre 1,3 mbj, soit pratiquement équivalente à l’estimation de demande pour l’année en cours. L’OPEP table toujours sur une forte demande de la part de la Chine, des pays du Moyen-Orient et de l’Inde en particulier. La demande des pays de l’OCDE particulièrement en Amérique du Nord devrait elle être «plus modérée» l’année prochaine.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc