×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Rapports alarmants sur les prisons en France

Par L'Economiste | Edition N°:805 Le 07/07/2000 | Partager

• Violences et atteintes aux droits de l'Homme sont monnaie courante en détentionLe Sénat et l'Assemblée nationale de France ont rendu publics mercredi dernier des rapports extrêmement critiques sur la situation des prisons dans l'Hexagone. Après quatre mois de visite de l'ensemble des établissements pénitentiaires, ils proposent une profonde réforme du monde carcéral.Jean-Jacques Hyest, président de la Commission d'enquête du Sénat et Guy Cabanel, son rapporteur, ont présenté leur rapport intitulé «Prisons: Une humiliation pour la République«, entièrement consacré aux maisons d'arrêt et établissements réservés aux courtes peines et aux détenus non encore jugés. La commission d'enquête de l'Assemblée nationale a également présenté ses travaux, consacrés cette fois à l'ensemble des établissements.Les deux commissions dégagent globalement des tendances similaires: l'Administration pénitentiaire est mal organisée et les maisons d'arrêt sont surpeuplées. Inégalités, violences, atteintes aux droits de l'Homme sont monnaie courante en détention. La mission sociale de la prison est donc à revoir. L'Assemblée se prononce pour l'élaboration d'une loi pénitentiaire, afin «d'instaurer le débat sur la place de la prison dans la société« et «prévoir une programmation des moyens financiers nécessaires à l'application des réformes proposées«.Les députés ont décidé de faire le point dans un an sur l'application concrète de leurs propositions. Le Sénat suggère de son côté «30 mesures d'urgence«. «Le plus urgent n'est pas l'élaboration d'une loi ou de procédures qui ne peuvent être que longues et complexes«, estiment les sénateurs, qui dégagent des priorités classées en six points: lutte contre la surpopulation, remotivation des personnels, rénovation du parc pénitentiaire, précision des droits et devoirs du détenu, modernisation des méthodes de gestion et instauration d'un contrôle des prisons.La ministre de la Justice, Elisabeth Guigou, a salué la «grande qualité« de ces rapports, estimant que leurs analyses «rejoignent pour l'essentiel« celles qu'elle avait faites. «Je pense que ce sont des rapports très utiles. Ceci montre bien que les prisons sont l'affaire de toute la Nation«, a-t-elle déclaré. H. R. (AFP)


Situation critique au Maroc aussiAu Maroc, le Plan quinquennal 1999-2003 du Ministère de la Justice ne cache pas la situation critique des établissements pénitenciers lesquels dans leur majorité ont été construits sous le Protectorat. En raison de leur vétusté, ils ne répondent plus aux exigences de leurs fonctions, Le déficit en équipements de sécurité et sanitaires vient aggraver la situation. A noter que le nombre de détenus (près de 52.000) dépasse de loin les capacités des établissements. La couverture de la carte judiciaire est largement insuffisante, puisque 23 tribunaux de première instance ne disposent pas de prisons réglementaires.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc