×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Rapport Cnuced: Reprise des IDE

    Par L'Economiste | Edition N°:3326 Le 23/07/2010 | Partager

    . Ils devraient dépasser 1.200 milliards de dollars. Leur redressement repose sur les fusions-acquisitions internationales Les flux mondiaux d’investissements directs étrangers ont légèrement repris au premier semestre 2010, après avoir sévèrement dévissé en 2009, selon le rapport annuel de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) publié jeudi 22 juillet.En 2010, les flux d’investissements directs étrangers (IDE), qui avaient repris des forces fin 2009, devraient dépasser 1.200 milliards de dollars, contre 1.114 milliards de dollars l’an dernier, d’après les prévisions de la Cnuced. «Ces perspectives à court terme sont d’un optimisme modéré», a souligné le Secrétaire général de l’organisme onusien, Supachai Panitchpakdi, lors de la présentation du rapport.L´amélioration progressive de la conjoncture macroéconomique et le retour au vert des entreprises et des valorisations boursières observées en 2010 devraient se poursuivre au cours des prochaines années, procurant un regain d´optimisme aux investisseurs, selon les experts qui tablent sur une croissance mondiale de 3% pour l’année en cours. Toutefois, ces prévisions pourraient être revues à la baisse en raison de la fragilité de la reprise économique mondiale, des effets incertains des réformes de régulation financière, des déséquilibres macroéconomiques structurels et de la volatilité des marchés boursiers et de change, relèvent-ils. A moyen terme, la Cnuced s’attend néanmoins à un renforcement des flux d’IDE: ils devraient se situer dans une fourchette de 1.300 à 1.500 milliards de dollars pour 2011 et de 1.600 à 2.000 milliards de dollars pour 2012, des niveaux encore inférieurs au pic d’avant crise, en 2007 (2.100 milliards de dollars).Globalement, le redressement des IDE devrait reposer essentiellement sur les fusions-acquisitions internationales, favorisées, selon la Cnuced, par les restructurations de certaines industries et la privatisation d´entreprises ayant bénéficié d’un sauvetage public au moment de la crise.Ces opérations ont d’ailleurs progressé au cours des cinq premiers mois de 2010 de 36% par rapport à l’année précédente, selon le rapport.En ce qui concerne les régions, la crise n’a pas modifié les tendances de fond enregistrées ces dernières années.Les experts soulignent ainsi que la montée en puissance des pays en développement et des pays en transition, qui représentent désormais la moitié des IDE entrant et un quart des IDE sortant, devrait se confirmer.Ces mêmes pays, essentiellement ceux d’Asie, tirent le redressement actuel des IDE, pointe encore le rapport.«Les investissements étrangers en Chine et en Inde ont commencé à se redresser dès le milieu de 2009», souligne-t-il.M.Az

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc