×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

RAM: L'Etat déboursera 1,3 milliard de DH

Par L'Economiste | Edition N°:1139 Le 08/11/2001 | Partager

. Ce montant concerne près de 500 millions de DH pour la recapitalisation. Il porte aussi sur les 800 millions de DH des créances de l'Etat. Le financement s'opérera via le Budget 2002La recapitalisation de la Royal Air Maroc (RAM) est aujourd'hui incontournable. C'est même l'unique moyen pour renforcer l'assise financière de la compagnie qui a affiché une baisse du chiffre d'affaires de 1,3 milliard de DH, après les attentats du 11 septembre dernier. La RAM, qui traverse actuellement une véritable zone de turbulence, a multiplié les réunions avec les responsables du Ministère des Finances. Les négociations ont finalement abouti et l'Etat compte mettre la main à la poche et ce, pour opérer une augmentation du capital de moins de 500 millions de DH(1). Cette recapitalisation sera ainsi mise en place dans le cadre d'un contrat-programme liant l'Etat à la RAM. Ce qui permettra notamment de définir le niveau de performance à atteindre, de rationaliser le programme d'investissement et de préserver les équilibres financiers. A cela s'ajoute le renforcement des organes d'administration et de gestion de cette entreprise. En réalité, le capital de la RAM (1,14 milliard de DH) est jugé en dessous des normes en vigueur au niveau international. Normalement, le capital d'une compagnie aérienne doit être égal à un minimum de 10% de la valeur de sa flotte. Or, dans le cas de la RAM, il n'équivaut même pas le prix de deux avions. Du moins si l'on se réfère aux déclarations des professionnels du secteur. La compagnie n'a pas été recapitalisée depuis près de 10 ans. Selon un responsable du Ministère du Transport qui requiert l'anonymat, la crise que traverse actuellement l'entreprise aurait pu être évitée si des augmentations de capital avaient été opérées au fur et à mesure de l'accroissement de sa flotte.L'autre cheval de bataille du transporteur aérien est la récupération des créances dues par l'Etat. “Celles-ci ont été relevées par la comptabilité de la RAM et certaines d'entre elles ont été certifiées par les différents départements concernés”, déclare un haut responsable du Ministère des Finances. L'Etat serait ainsi redevable à la RAM d'une créance de 800 millions de DH. Au total, près de 1,3 milliard de DH seront décaissés via le budget 2002. Mais un jeu d'écriture permettra de répartir ce montant sur la durée d'exécution du contrat-programme, lequel serait étalé sur plus de 3 ans. Par ailleurs, la compagnie continue à peiner pour payer les salaires de son personnel en raison des problèmes de trésorerie. Jusqu'à aujourd'hui, les cadres de l'entreprise n'ont toujours pas perçu leurs rémunérations. Et seul le personnel de la maîtrise et de l'exécution a été payé. Khadija MASMOUDI (1) Ce montant vérifié auprès de plusieurs sources n'a pu l'être auprès du président-directeur général de la RAM qui était injoignable à l'heure où nous mettions sous presse. Aucune information ne filtre des autres directions.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc