×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    RAM explique ses retards

    Par L'Economiste | Edition N°:1678 Le 07/01/2004 | Partager

    . Les vols de la compagnie ont enregistré des retards conséquents le week-end dernier. Ils ont été causés par la saturation des plates-formes aéroportuaires européennes…. …Mais aussi par une panne d'Internet survenue dimanche La panne régionale d'Internet qu'ont connue les pays du pourtour méditerranéen a eu des dommages collatéraux. Et pas des moindres. En effet, les vols de Royal Air Maroc (RAM) ont enregistré des retards en masse lors du premier week-end de l'année 2004. Selon les responsables de la compagnie aérienne nationale, qui s'exprimaient à l'occasion d'un point de presse organisé lundi 5 janvier à Casablanca, les retards enregistrés sont dus à deux facteurs. Le premier serait la saturation des plates-formes aéroportuaires en Europe due notamment à la période du retour des fêtes. C'est en tout cas la raison invoquée par la direction de RAM pour les retards du samedi 3 janvier. Pour ce qui est de la journée du dimanche 4 janvier, c'est la panne au niveau du système de télécommunications reliant le Royaume au vieux continent qui constitue la principale cause des retards des vols. . Enregistrements manuels“L'accident qui a eu lieu sur le câble de téléphone qui passe au large du Portugal a engendré des perturbations dans la liaison de transmission de données de et vers le Maroc”, indique Abderahmane Sadouk, DG adjoint exploitation au sein de RAM. Autrement dit, la panne a obligé les services escales de la Compagnie à effectuer les enregistrements des passagers manuellement. “Cela ne veut pas dire que nos agents sont mal formés pour le traitement manuel, bien au contraire, nous effectuons tous les mois des formations dans ce sens. Reste que le traitement automatique est nettement plus rapide”, ajoute Sadouk.Ainsi, la conjonction de ces deux facteurs externes a entraîné une dégradation de la ponctualité des vols de la compagnie. Alors qu'il s'agit d'un chantier prioritaire pour la compagnie, celle-ci a, de ce fait, mobilisé tous les métiers concernés par cette question en vue de maintenir un bon niveau de ponctualité. Pour étayer leurs propos, ces responsables évoquent le taux moyen de régularité des horaires de vols de la compagnie qui est établi aujourd'hui à 86%. “Ce qui nous place parmi les 4 premières compagnies aériennes d'Europe dans ce domaine”, déclarent-t-ils. Il convient de signaler à cet effet que RAM prévoyait un taux de 98% pour 2003. Quoique constituant un très bon score, le taux actuel ne lui donne pas entière satisfaction. “Nous aspirons continuellement à de meilleurs services. Dans ce cadre, la ponctualité constitue de loin le critère de sélection le plus prisé par les clients”, ajoutent-t-ils. Pour ce faire, RAM s'appuie sur ses collaborateurs habituels. Aussi, selon sa direction les résultats obtenus à ce jour, l'ont été grâce à une bonne concertation avec les autorités aéroportuaires marocaines. Il s'agit des services de la sécurité nationale, de la gendarmerie royale, de l'administration des Douanes et de l'Offices national des aéroports (ONDA).Naoufal BELGHAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc