×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Rallye Paris-Dakar
Inédit, des Marocains rejoignent la course

Par L'Economiste | Edition N°:2669 Le 10/12/2007 | Partager

. Deux motards et une équipe auto aux starting-blocks. Inscription gratuite au rallye et manque de sponsoring!Cette 30e édition du Rallye Paris-Dakar aura un goût particulier. Inédit. Quatre concurrents marocains sont aux starting-blocks: deux motards et une équipe auto. Le plus jeune d’entre eux a la trentaine. Harite Gabari, un gaillard de 1,84 m et 110 kilos, est organisateur de rallye. Il a travaillé auparavant dans les chantiers navals. Motard de père en fils, Harite Gabari pense qu’il «faut rouler avec sa tête et à 60% de ses capacités». Un petit bémol. Le motard agadiri n’a pas pris d’assistance technique pour sa Yamaha 450 à cause… d’un budget serré! «J’ai payé d’ailleurs 50% des droits d’inscription de ma poche», a-t-il précisé. Les autres concurrents ont bénéficié de la gratuité. Le règlement n’en n’accorde qu’une seule par discipline (motard et automobiliste). Abdel Kader Tayatia, la quarantaine presque, est un autre mordu des deux-roues. Ce motard est également membre de l’équipe nationale de… cyclisme. Il n’hésite pas à parler de «sa solitude» pour préparer ce rallye et la difficulté de convaincre les sponsors. Une femme et un homme composent l’équipage auto. C’est Saïda Ibrahimi qui est aux commandes d’une Nissan Patrol. Cette concurrente, exportatrice de produits cosmétiques, préside l’Association maghrébine des sports automobiles. Elle veut «préparer la relève». Son copilote, Abdelouahad Ettoubaji, est un collectionneur hors pair. «Chez moi, j’ai une collection d’environ 1.000 road-books». De quoi affiner ses connaissances de «pisteur». C’est à Nador que les concurrents, 570 au total, vont entamer leur périple africain. A l’horizon, des parcours difficiles et parfois fatals. On se rappelle le décès prématuré, en 1988, du Néerlandais Van Loevezijn. Le départ sera donné à Lisbonne le 5 janvier 2008. Les concurrents vont sillonner cinq pays, une quinzaine de villes et plus de 9.000 km de route. Terminus dans la capitale sénégalaise le 20 janvier.Ce treizième passage par le Maroc est marqué par la mer et le désert. L’Oriental marocain est en hors-d’œuvre. Motards, coureurs autos et camionneurs devront avaler 370 km de bitume et de piste, entre Nador et Errachidia. «Après 160 km, les motards quitteront momentanément l’itinéraire des autos et des camions», soulignent les organisateurs. C’est donc au sud de l’Oriental que ce 1er parcours prend fin. Ouarzazate est la 2e étape du grand sud marocain et la 4e depuis le lancement de la course. Un parcours dédoublé, l’une des nouveautés de l’édition 2008. «Des pistes étroites attendent les experts des trials». Les premiers bivouacs seront plantés à Zagoura. Les dunes pointent leur nez lors d’un trajet de près de 500 km qui sépare Ourzazate de Guelmim. Ce passage va inaugurer les premiers écarts de temps. «Les plus rapides devraient y passer trois quart d’heure. Ceux qui se trouveront en difficulté le jugeront interminable», pronostiquent les organisateurs. Après la Méditerranée et le grand sud, les concurrents rejoindront la côte atlantique. Cette spéciale de Guelmim-Smara est la plus variée du rallye (454 km). D’ailleurs, ce parcours compte, entre autres, une virée sur 25 km de plage. La dernière étape marocaine est à Smara. De là, les participants vont regagner la ville d’Atar en Mauritanie. Avec 619 km, c’est l’étape la plus longue du rallye. La course se poursuivra à travers Nouakchott, Nouadhibou, Tidjikka, Kiffa, Saint-Louis et finalement Dakar. Dommage que la plupart des sponsors aient raté ce rendez-vous… historique. Pour une première, les concurrents marocains avaient besoin d’un coup de pouce… symbolique. F. F.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc