×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Ragard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:157 Le 08/12/1994 | Partager

    Ca vous intéresse

    2M diffusera le mercredi 14 décembre son émission "ça vous intéresse" consacrée ce mois-ci aux assurances. Réalisée avec la collaboration de L'Economiste, l'émission explorera le monde des assurances, mais du point de vue des assurés, de leur intérêt réel à avoir une couverture fiable. Il en résulte une mise en perspective nouvelle de la protection et du rôle des compagnies et courtiers, au moment où l'offre de produits d'assurances se développe sur le marché marocain.

    Marée noire à Mohammédia

    UNE marée noire a affecté, dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, le littoral de Mohammédia, et plus au Nord les plages de Louizia jusqu'à Bouznika. En effet, des recherches engagées par des remorqueurs ont permis de retrouver à plus de 3 Km de Mohammédia deux autres nappes constituées d'une couche fine d'hydrocarbures, l'une s'étendant sur près de 500m sur 10 et l'autre, encore plus importante, avait plus de 3 km2 de surface.

    Selon les services de l'ODEP, répondant à notre confrère "Al Bayane", "toutes les dispositions ont été prises à l'intérieur du port comme à l'extérieur pour lutter contre la nappe de pétrole dont nous ignorons encore l'origine". Des vedettes, un chaland anti-pollution, trois remorques, des barrages de sécurité ainsi que des produits anti-pollution ont été utilisés à cette fin.

    De plus, étant donné que des traces d'hydrocarbures ont été relevées dans le poisson pêché dans la région de Mohammédia, rapporte le quotidien "L'opinion", les services vétérinaires de la ville ont décidé de suspendre toute activité de pêche jusqu'à nouvel ordre.

    Horreur à Khouribga

    LA journée du dimanche 4 décembre 1994 aura marqué et traumatisé la ville tranquille de Khouribga. Un adolescent, en manque total de sa dose quotidienne de stupéfiants, égorge sa mère en lui coupant la carotide, après lui avoir demandé de faire sa prière. L'horreur chez nous, l'horreur chez les autres... No comment.

    "Allo Amitié"

    LA Ligue casablancaise pour la santé mentale lance cette semaine une opération "Allo Amitié" destinée aux personnes ayant des problèmes de santé mentale. L'équipe responsable de cette opération donnera une conférence de presse, ce jeudi 8 décembre à 11 heures au centre psychiatrique universitaire Ibn Rochd. Cette opération vise à établir un premier contact avec les personnes ayant des problèmes psychiatriques et à dépasser les préjugés liés à la psychiatrie.

    Saïd Mekbel réduit au silence

    DIRECTEUR de la rédaction du quotidien algérien "Le Matin", Saïd Mekbel vient de mourir le 4 décembre dernier sous le coup de deux balles dans la tête tirées par deux hommes armés. Rescapé de deux tentatives d'assassinat, il n'avait pas voulu quitter son pays. Vingt-quatrième journaliste assassiné en Algérie, Saïd Mekbel trempait très souvent sa plume dans le vitriol pour dénoncer la violence quotidienne dans son pays. Au lendemain de son assassinat, son fameux billet a disparu de la dernière page du "Matin", mais sa photo illustrait tous les journaux.

    Suicide de Roger Stéphane

    L'ECRIVAIN et journaliste Roger Stéphane s'est suicidé le 4 décembre dernier, à l'âge de 75 ans. Ami de Gide, de Malraux, de Cocteau et de Martin du Gard, résistant gaulliste, il avait participé à la création de "France-Observateur" (qui allait devenir "le Nouvel Observateur"). Ce fils de banquier juif né en 1919 dirigea le commando qui libéra l'Hôtel de Ville de Paris l'été 1944. Parmi ses ouvrages, figurent des essais sur Montaigne et Stendhal et "Portrait de l'aventurier", préfacé par Jean-Paul Sartre. La vie, disait-il, ne l'amusait plus et il avait prévenu ses amis que son intention était de ne pas dépasser le week-end. En absorbant de la digitaline puis en se tirant une balle dans la tempe, il a respecté les délais qu'il s'était imposés.

    .Courts métrages de Nabil Ayouch : Hallucination et création

    APRES les "Pierres bleues du désert", primé au Festival de Bastia en France mais aussi sélectionné dans une vingtaine de festivals à travers le monde, Nabil Ayouch revient avec deux courts métrages, l'un tourné au Maroc en 1993, "Hertzienne Connexion", l'autre en France en 1994, "Vendeur de Silence".

    Sélectionné au Festival des Films du Monde à Montréal, "Hertzienne Connexion" est une sombre histoire d'espionnage dans les médias. On retrouve une Fatima Loukili méconnaissable dans ce court métrage de 4 minutes délirantes. Il a été acheté par ARTE, chaîne culturelle française et par la télévision allemande ZDF. De son côté, le "Vendeur de silence" est une chaleureuse invitation au stress. Dans un vieil immeuble parisien cauchemardesque et délabré, Jim vend du silence à ses colocataires. Futé, il vit de plusieurs petits "business". Toutefois, sa principale source de revenus reste le trafic du silence qu'il a littéralement organisé. Pour ceux qui ne se soumettraient pas à son racket, c'est la loi du bruit: des centaines de décibels à forte dose pendant des jours et des nuits entiers, jusqu'à capitulation.

    Mais, un jour, un nouveau locataire arrive dans l'immeuble...

    Nabil Ayouch est un cinéaste des plus attachants et son film n'est pas réfutable sur le plan du cinéma. Mise en scène, mise en crise et en vertige de tout et de tous sont d'une efficacité redoutable. Il faut recommander ce court métrage hallucinogène de 26 minutes, ne serait-ce que pour le regard jaune de Jim (Pascal Demolon), pour la pâleur et les dents noires de Frédo (Maurice Baud). Entre l'absurde et le bizarre, interviennent les clins d'oeil et les dérapages contrôlés à la "Brazil" (de Terry Gilliams). L'habileté de Ayouch est de mettre son spectateur, comme les drogués eux-mêmes, sous accoutumance du mal. Le "Vendeur du silence" est drôle, satirique, dur, âpre, provocant et désobéissant. Une remarquable interprétation des aléas de la société moderne.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc