×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Rabat/Enseignement
    Les résultats du bac dépassent la moyenne nationale

    Par L'Economiste | Edition N°:3330 Le 29/07/2010 | Partager

    . Un taux de 50,18% contre 49% au niveau national. Mais le rural reste à la traîne. Le déficit en RH, un problème Les responsables de l’académie régionale de l’éducation de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër sont contents. Leur région a enregistré des résultats satisfaisants par rapport aux autres . Pour le baccalauréat, le taux de réussite a été de 50,18% contre 49% sur le plan national. Sans oublier de signaler que la meilleure moyenne a été dérochée par un lycéen de la capitale. Pour les établissements privés, le taux de réussite au baccalauréat a atteint 92% avec 1.762 admis. Cela est dû, notamment, au plan d’urgence mis en place par le ministère en 2009 et qui accorde plus de moyens à l’enseignement. En tout cas, Tijania Fertat, directrice de l’académie régionale en est convaincue. L’occasion pour la responsable de détailler les actions de la région en faveur de l’éducation. Un bilan de la première année du plan d’urgence a été ainsi présenté lors du conseil d’administration samedi dernier, sous la présidence d’Ahmed Akhchichine, ministre de l’Education nationale. En chiffres, cela s’est traduit par une augmentation sensible au niveau du budget de l’année 2010. Ainsi, le budget d’exploitation a enregistré un accroissement de près de 30% avec une enveloppe avoisinant les 186 millions de DH. Et un peu plus pour la partie investissement avec un budget de 329 millions de DH, soit une augmentation de près de 33%. Cela a permis à l’académie de poursuivre la réalisation de son programme d’investissement qui a comme objectif principal l’amélioration des conditions de scolarisation des élèves. Durant l’année scolaire écoulée, 4 nouveaux établissements ont été construits au niveau de la région, dont une école primaire et trois collèges. Il a été procédé également à l’extension de 26 autres établissements dont 18 écoles primaires, 5 collèges et 3 lycées. Sans oublier la construction d’un internat. Ces efforts ont permis de contribuer à l’amélioration de certains indicateurs quantitatifs scolaires, selon la directrice de l’académie. Il s’agit du taux de scolarisation pour les enfants âgés de 6 à 11 ans qui atteint 97,25% contre une moyenne nationale de 94,9%. Idem pour les autres tranches d’âge mais avec une baisse au niveau du rural. Ainsi, pour les 12-14 ans, le taux enregistré est de 57,31% contre 94,82% au niveau urbain. L’écart se creuse davantage pour les 15-17 ans avec un taux de scolarisation dans le rural de 34,85% contre 79,50% en ville. Le sureffectif pose également un sérieux problème, notamment dans les lycées où les classes de 41 élèves et plus représentent 33,05% contre 28% sur le plan national. La situation est moins dramatique dans le collège avec un taux de 20,49% contre 13,7% sur le plan national. Au niveau du primaire, le taux est de 8,47% proche de la moyenne nationale qui est de 7,5%.


    Manque d’enseignants

    Parmi les sérieux problèmes posés pour les responsables de l’académie de Rabat, le manque d’effectif des enseignants pour certaines matières comme la langue française, la philosophie et la physique. Pour le primaire, on enregistre un enseignant pour 28 élèves alors que la moyenne nationale est de 27,5. La situation s’aggrave pour le collège avec 27 contre 24,4 sur le plan national. De même pour le lycée avec un professeur pour 22 élèves alors que la moyenne nationale est de 20,6. La raison, les établissements de l’académie de Rabat ne bénéficient pas des affectations des lauréats des centres de formation pédagogique. Par ailleurs, les mutations restent peu fréquentes vers cette région. Résultat, un corps éducatif vieillissant: la moyenne d’âge des enseignants dépasse les 47 ans.Nour Eddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc