×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Rabat: Que de Chantiers!
    Un gigantesque tunnel pour canaliser le trafic

    Par L'Economiste | Edition N°:2886 Le 22/10/2008 | Partager

    . 30.000 véhicules par jour emprunteront le tunnel des Oudayas. Les travaux seront achevés en juillet 2010. 491 millions de dirhams investisC’EST une mise à niveau globale de son infrastructure du transport que Rabat mène. Du côté de la vallée du Bouregreg, le chantier du tunnel sous les Oudayas, (séquence I, Bab El Bahr), a démarré depuis un an et demi. Globalement, l’avancement du projet est à 25%. Le rythme des travaux sera soutenu durant les mois à venir puisque l’ensemble des installations est achevé et que la plupart des études d’exécutions sont établies. Ce tunnel, constitué de deux voies avec directions séparées, permettra de décongestionner ce site et de restituer la place Souk El Gzel aux piétons. Actuellement, la route d’Al Marça, longeant la casbah des Oudayas, connaît un trafic dense: une moyenne supérieure à 30.000 véhicules par jour, dont 3.500 poids-lourds et autocars, transitent par ce boulevard. «Ce niveau élevé de trafic sur un site à haute valeur historique et touristique impose la réalisation d’un tunnel permettant de le faire passer en souterrain», indique le management de l’Agence de la vallée du Bouregreg .Le tunnel permettra donc de canaliser le trafic transitaire vers la route côtière sans qu’il ne passe par la route des Oudayas. Le projet s’étend du carrefour giratoire de Bab Al Bahr jusqu’au club de surf des Oudayas du côté océan, sur une longueur totale de 1,022 km. Les travaux de construction et d’équipement se poursuivent au niveau des trois fronts: côté océan, tunnel au rocher et côté esplanade. D’un point de vue technique, ce projet est exceptionnel. Son emplacement dans un milieu urbain impose, selon le management de l’Agence, «des conditions de travail particulières telles que les excavations des tranchées à la verticale d’où la nécessité de soutènement avant excavation par parois moulées, parois berlinoises, etc.». De plus, des précautions supplémentaires sont prises pour assurer la sécurité des voisinages: piétons fréquentant la zone, maintien de la circulation publique, gestion dynamique des installations vu l’espace réduit.... L’existence d’une nappe du côté esplanade et sous les jardins des Oudayas a imposé des dispositions d’étanchéité consistantes alors que l’interférence avec une ancienne galerie abritant un collecteur d’eaux usées a exigé sa déviation avant le démarrage des travaux. Le passage sous les bâtiments historiques côté esplanade a également imposé la reprise en sous-œuvre de ces monuments avant d’entamer les travaux d’excavation.Au niveau de ce tunnel, des équipements de sécurité et d’exploitation seront mis en place. Son pilotage s’effectuera à partir d’une salle de commande prévue à cet effet. Le délai prévisionnel des travaux est de 39 mois. L’achèvement du tunnel est prévu pour juillet 2010. Son coût est de 491 millions de dirhams.


    Les entreprises à l’oeuvre

    POUR la réalisation de ce projet, l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg, le maître d’ouvrage et le groupement Pizzarotti- Alpi De Co se font accompagnés par des bureaux d’études et des experts de renommée internationale. L’assistance technique, le contrôle et le suivi des travaux sont confiés au groupement CID-Lombardi SA.Le groupement Alpina-Egis Tunnels est le bureau d’études d’exécutions alors que le LPEE est chargé du contrôle extérieur de la qualité. Le cabinet Rouvin s’occupe du contrôle extérieur topo.Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc