×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Rabat: Que de Chantiers!
    Stationnement: La Place Moulay El Hassan est prête

    Par L'Economiste | Edition N°:2886 Le 22/10/2008 | Partager

    . Deux parkings d’une capacité de 900 places. 139 millions de dirhams investis par l’exploitant. L’aménageur CG Park s’attaquera prochainement à la voirieRABAT change de parure architecturale et urbanistique. Le processus de requalification et de mise à niveau urbaine est accompagné par des projets d’organisation de la circulation automobile et du stationnement. L’objectif est de réduire les engorgements dont souffre la capitale. Les projets relatifs au stationnement ont été confiés à CDG Développement, à travers sa filiale CG Park. «Nous avons lancé la réalisation de deux projets de parkings souterrains incluant en surface un amphithéâtre urbain à la place Moulay El Hassan, et un jardin suspendu sur l’avenue Ennakhil à Hay Riyad», souligne Adnane Sebatta, directeur de CG Park. Une étude relative au stationnement sur l’artère Moulay El Hassan a révélé que près de 1.200 voitures traversent cette artère chaque jour en heures de pointe. Conséquence: le flux est difficilement supportable et crée des bouchons interminables. Cette situation a nécessité de repenser la circulation des voitures dans tous les sens et d’interdire le stationnement sur l’un des côtés de l’avenue, ainsi qu’une déviation des transports en commun pour décongestionner le trafic. Aujourd’hui «la nouvelle» Place Moulay El Hassan est prête. Elle a nécessité un investissement de 85 millions de dirhams. En surface, la Place est constituée d’un aménagement d’une surface de 6.400 m2 composée de deux niveaux. Le premier s’étale sur 2.400 m2 (revêtement en granite flammé, garde corps en fer forgé, bancs, jardinières et plantation autour de la place.Le deuxième (niveau décaissé) est construit sur une superficie de 4.000 m2 (amphithéâtre urbain intégrant une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite, éclairage au sol à travers 160 luminaires, espace commercial…). Une quinzaine de kiosques, réalisés en bois lamellé collé complètent l’ensemble.Le parking souterrain (au niveau du quartier Hassan) d’une capacité de 285 places contre 100 auparavant, permettra de décongestionner l’avenue Moulay El Hassan. Il comprend un service de lavage et de nettoyage de véhicules et un dispositif centralisé (Skidata), permettant le contrôle des opérations de péage à partir du siège de la société. Le parking de Hay Riyad, d’une capacité de 615 places, a nécessité quant à lui un investissement de 54 millions de dirhams. «Ce projet devrait résoudre le problème de stationnement au milieu de l’avenue Ennakhil», explique le directeur de CG Park. Il est orné d’un jardin suspendu d’une superficie de 9.000 m2.«Ces deux parkings ont été conçus selon les dernières normes européennes en matière de circulation, notamment la ventilation et la lutte contre l’incendie», précise le directeur.Après le projet de stationnement, CG Park devra prochainement s’attaquer à la voirie. «Nous avons tiré des leçons de l’expérience de la société privée Rabat-Parking et nous saurons capitaliser sur ce cas quand nous aborderons les voiries», souligne Sebbata.Un parking souterrain de 300 à 500 places coûtant entre 50 à 60 millions de dirhams nécessite un retour sur investissement pour le long terme. Pour pouvoir rentabiliser la construction d’un parking, CG Park considère qu’il faut inclure dans le business plan les revenus du stationnement en surface (horodateurs ou agents encaisseurs).Deux modèles économiques sont à distinguer en matière de stationnement: les ouvrages de stationnement, et la voirie.Les premières nécessitent un investissement initial important, puisqu’il s’agit de construire des infrastructures souterraines (parkings) ou aériennes.Les deuxièmes, synonymes généralement d’horodateurs, l’investissement initial consiste en l’achat de ces derniers et la mise en place d’une signalisation verticale et horizontale..«En général, ces deux modèles économiques sont complémentaires et vont ensemble dans le but de respecter un équilibre financier sur le long terme et d’optimiser, sous cette contrainte, les conditions de stationnement dans les secteurs difficiles. D’où la nécessité d’avoir un montage global de l’opération dans le but de réaliser l’équilibre financier de l’ouvrage», explique Adnane Sebbata.


    Carte de visite CG Park

    LA Compagnie générale des parkings (CG Park) au capital 100% détenu par CDG Développement construit, finance et exploite des parkings sur voirie et en sous-sol. Créée en 2005, la société propose aux collectivités locales d’assurer la gestion de stationnement, en intégrant l’ensemble des données relatives à la voirie mais aussi la conception, le financement et l’exploitation des ouvrages ou équipements nécessaires hors voirie.Jalal BAAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc