×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Rabat: Que de Chantiers!
    Rabat: Une capitale en mouvement

    Par L'Economiste | Edition N°:2886 Le 22/10/2008 | Partager

    . La ville fait aussi la différence grâce à sa qualité de vie. Offshoring, textile, tourisme,… des créneaux prioritairesLentement mais sûrement, la région de Rabat est en train de réduire le différentiel d’attractivité et de compétitivité qui la séparait de Casablanca. Et cela ne tient pas qu’à l’«effet Bouregreg». Du textile à l’aéronautique, en passant par l’automobile, la région a réussi à se forger une crédibilité auprès des investisseurs. Du coup, elle revoit à la hausse ses ambitions. L’inauguration récente de la première tranche de Technopolis place définitivement la région sur l’orbite de l’offshoring. Quelques grandes stars mondiales des services ont d’ores et déjà pris position sur ce site, dont le groupe Axa. Dans quelques semaines, à la mi-novembre plus précisément, les responsables du Centre régional d’investissement présenteront les créneaux sur lesquels la région entend se focaliser à moyen et long termes pour entretenir la dynamique actuelle. Ses conclusions découleront de l’étude prospective réalisée par le cabinet Masnaoui-Mazars sur le positionnement de Rabat et sa région. Il va sans dire que l’offshoring comme certaines activités «historiques» de l’économie régionale tel le textile apparaîtront dans ce tableau.Le centre de gravité des mutations actuelles part certes de Rabat intra-muros, mais l’effet de contagion est visible bien au-delà, y compris par la hausse des prix du mètre carré du foncier. L’aménagement annoncé de plusieurs zones industrielles (à ne pas confondre avec les quartiers industriels) devrait conduire à une meilleure répartition de ces changements économiques. Les grands noms du textile international, comme des sous-traitants automobiles, ont choisi de s’implanter à Témara. Reste à régler la question complexe de la mobilité des populations. Sur ce plan, le problème se situe plus dans l’organisation et moins dans les ressources. Le tramway en lequel bien des gens voient la solution miracle, ne peut à lui seul régler des problèmes cumulés depuis des décennies. Il faudra au préalable clarifier et instruire avec beaucoup d’intelligence la gestion déléguée pour éviter les problèmes qui empoisonnent aujourd’hui le secteur à Casablanca.Autre priorité pressante, l’accélération de la mise à niveau urbaine de Salé avec son corollaire de problèmes. En l’état actuel, cette ville a tout d’une bombe à retardement pour Rabat.A. S.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc