×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    "Les enfants d'abord" : Un Plan d'Action National élaboré pour l'enfance avec l'UNICEF

    Par L'Economiste | Edition N°:39 Le 23/07/1992 | Partager

    Le Maroc a élaboré un Plan d'Action National pour la survie, la protection et le développement de l'Enfant. Il a été présenté à l'occasion de la visite de M. James Grant, Directeur Général de l'UNICEF. La mise en application des promesses faites par les Etats lors du sommet mondial pour les enfants est le premier objectif de l'UNICEF. "Les enfants d'abord" était le principe prioritaire, arrêté par le nouvel ordre mondial.

    La visite de M. Grant au Maroc a été très médiatisée. L'objectif de cette visite n'était pas de faire la promotion des Sels de Réhydratation Orale (SRO) actuellement produits au Maroc. C'était surtout la mise en ;oeuvre du Plan d'Action National en faveur de l'Enfant qui était à l'ordre du jour.
    En effet M. Grant a beaucoup insisté, lors de la conférence de presse qu'il a tenue, sur ce produit miracle contre la déshydratation. En fait, les maladies diarrhéiques constituent la première cause de la mortalité des enfants de moins de 5 ans (19%). Le PAN a pour objectif de réduire cette mortalité due aux maladies diarrhéiques à 50% .

    Cinq parties

    En application de la Déclaration Mondiale en faveur de la Survie, la Protection et le Développement de l'Enfant, le Maroc a préparé un Plan d'Action National. Un Comité Technique composé de représentants de tous les Départements Gouvernementaux et de quelques Organisations Non-Gouvernementales concernées par les questions de l'Enfant a procédé à l'élaboration du PAN. L'UNICEF a participé à l'élaboration du Plan d'Action National.
    Adopté le 9 Juin 1992, Le Plan d'Action National comprend cinq parties.
    La première partie fait le bilan de la situation des enfants et des femmes et replace ce bilan par rapport aux objectifs fixés par le Sommet Mondial, tout en mettant l'accent sur ceux retenus par le Maroc.
    La deuxième partie porte sur les objectifs retenus par le Maroc eu égard à ceux fixés par le Sommet Mondial.
    La troisième partie examine les différentes stratégies nationales et les programmes mis en oeuvrepour accomplir les objectifs que le pays s'est assignés.
    La quatrième partie porte sur les ressources et tout particulièrement sur les révisions des budgets nationaux qui accompagnent l'adoption du PAN
    La cinquième partie situe les efforts nationaux en matière de survie, de protection et de développement de l'enfant dans un cadre plus vaste de coopération maghrébine et internationale.
    Les principaux objectifs retenus dans le Plan d'Action National sont notamment la baisse de la mortalité infantile et du taux de malnutrition aiguë et chronique, l'amélioration du taux de scolarisation et la baisse du taux d'analphabétisme et enfin, l'amélioration des conditions de vie des enfants en circonstances particulièrement difficiles.
    Le plan prévoit des objectifs "à mi-parcours, à l'horizon 1996 et des objectifs à l'horizon 2000."
    Ainsi, en matière de santé, la principale orientation retenue est le développement des soins de santé de base et des programmes sanitaires. L'objectif visé est la diminution de la mortalité infantile. Il s'agit de ramener le taux actuel à 55 pour 1.000 en 1996 et à 50 pour mille en l'an 2000. Le Plan vise également l'amélioration de l'état nutritionnel des mères et des enfants et l'espacement des naissances.
    Dans le domaine de l'éducation, les objectifs du PAN concernent notamment la lutte contre l'analphabétisme, la généralisation de la scolarisation des enfants âgés de 7 ans, la scolarisation des filles particulièrement en milieu rural.
    Par ailleurs, l'accent est mis sur la nécessité de réduire les profondes disparités qui existent entre le milieu rural et le milieu urbain.
    L'accès à l'eau potable sera assuré selon les prévisions du PAN à une grande majorité de la population rurale à l'horizon 2000. L'alimentation en eau à domicile en milieu urbain sera assurée à 83% en 1996 et à 90% en l'an 2000.
    Le Plan de Développement Economique et Social intègre ces objectifs pour la période 1993-1997.
    Pour la mise en oeuvrede ce Plan, une stratégie d'ensemble a été définie.

    "SWAP" sociaux.

    L'UNICEF se propose d'initier au Maroc un processus de transformation d'une partie de la dette extérieure en un financement de projet de développement. Les banques commerciales font don d'une partie des créances qu'elles détiennent sur les pays en développement à des organismes qui y exécutent les programmes. Le pays débiteur utilisera le montant de ces créances en monnaie locale pour des activités précises de développement. Cette formule est devenue un mécanisme de réduction de la dette extérieure et d'appui aux programmes. C'est ainsi que dans le cas du Maroc, pour parvenir à l'allègement du montant de la dette extérieure, l'équivalent ou partie de ce montant sera investi en Dirhams dans des programmes d'approvisionnement en eau potable, dans le cadre de la coopération Maroc-UNICEF 1992-1996.
    En outre, un accord sur l'initiative d'indépendance vaccinale a été signé à Ouarzazate entre le Maroc, l'UNICEF et l'USAID. Cette initiative permettra au Maroc d'assurer lui-même son approvisionnement en vaccins. Le Maroc financera lui-même les vaccins dont il aura besoin, ce qui permettra d'affecter des fonds de l'UNICEF à d'autres actions en faveur de l'enfant. Les vaccins seront importés en vrac et mis en ampoules au Maroc. Le Gouvernement marocain pourra financer les vaccins en monnaie locale.
    Un autre volet de cette stratégie concerne l'initiative "Hôpitaux Amis des Bébés" lancée en Avril 1992 à Casablanca. Il s'agit d'assurer les conditions d'accueil pour les mères et les bébés dans les hôpitaux et de promouvoir l'Allaitement Maternel.
    La question de la ratification de la Convention relative aux Droits de l'Enfant n'a pas été soulevée. Pourtant les observateurs s'attendaient à ce que cette question soit l'objet principal de la visite de M. Grant.

    Mohamadia HAJOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc