×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Politique Internationale

    "Le Prince d'Egypte" inaugure une nouvelle ère

    Par L'Economiste | Edition N°:421 Le 13/01/1999 | Partager

    En produisant "Le Prince d'Egypte", le long-métrage le plus coûteux de l'histoire du cinéma d'animation, les promoteurs du studio Dream Works marquent une nouvelle phase dans l'industrie cinématographique des dessins animés.

    "Le Prince d'Egypte" sera sans doute l'événement cinématographique de l'année 1999. Il est le premier film d'animation réalisé par Dream Works, le studio en vogue actuellement aux Etats-Unis.
    De l'avis de plusieurs critiques du cinéma, le film est promis à un grand succès commercial au niveau planétaire. Dès son lancement, il y a plus d'une dizaine de jours en France, le film a pu déjà enregistrer des résultats relativement positifs. Sur les 690 salles de l'Hexagone, ils étaient 649.000 personnes à pouvoir admirer la créativité et la force des images du "Prince d'Egypte".
    Le public marocain verra peut-être le film dans les 3 à 6 mois à venir. Mais qui sait? Les mordus du cinéma pourront s'approprier les versions piratées du film dans peu de temps à Derb Ghalef. A noter que la réussite commerciale d'un film au Maroc dépend largement de son succès sur le marché américain et français.
    Au total, "Le Prince d'Egypte" aura coûté 100 millions de Dollars, soit 928 millions de Dirhams.
    Il détient ainsi le record mondial des investissements dans le secteur de l'industrie du cinéma d'animation.
    Le film s'inspire dans sa globalité des faits historiques puisés dans le Dernier Testament.
    Ancien numéro 2 des studios Walt Disney et principal auteur du grand succès des films d'animation comme Aladin et Le Roi Lion, Jeffrey Katzeneberg associé à Dream Works avec le réalisateur Steven Spielberg, a déployé ses efforts pour mettre en place une équipe de 300 artistes. Ces derniers viennent dans leur majorité des studios de Walt Disney. La mouture finale du "Prince d'Egypte" aura demandé 4 ans de travail.
    Les observateurs font remarquer que la production de ce film d'animation pourra déstabiliser la position dominante de Walt Disney sur ce segment. Dream Works compte également poursuivre sa stratégie agressive de lancement essentiellement sur les niches du merchandising et des jeux vidéos. La devise des promoteurs Dream Works est claire:
    Il s'agit de s'attaquer à tous les types d'écran, qu'ils soient destinés aux enfants ou aux adultes.
    Interrogé lors du lancement du film aux Etats-Unis, sur la motivation de Dream Works pour détrôner Walt Disney, Jeffrey Katzeneberg estime que la question ne se présente pas à ce niveau là. Il a ajouté que le premier objectif des associés de Dream Works est d'amorcer une révolution dans l'approche et la réalisation des films d'animation.
    Rappelons au passage que ces derniers sont souvent basés sur des contes de fée. Ciblant particulièrement les enfants, les films d'animation, qui ont remporté les plus grands succès, sont produits par le géant Walt Disney.
    De l'avis de plusieurs observateurs, le succès ou l'échec du "Prince d'Egypte" est lié au développement de la production des films d'animation qui différent dans leur approche des classiques de Disney.


    Les 71ème Oscars: 286 films en compétition


    Pour son 71ème édition, les organisateurs de la cérémonie des Oscars verront la participation de 286 longs-métrages. Tous ces films ont répondu au préalable aux critères déterminés par l'Académie des Arts et des Sciences du Cinéma.
    Les nominations pour cette année seront communiquées le 9 février prochain. "Il faut sauver le soldat Ryan" de Steven Spielberg reste le grand favori pour remporter l'Oscar du meilleur film de l'année. A rappeler que ce long-métrage a pu rafler plusieurs prix et consécrations d'un nombre important d'associations américaines des critiques de cinéma.

    Mohamed DOUYEB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc