×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Quotas de pêche en 2007
    Les négociations s’annoncent tendues

    Par L'Economiste | Edition N°:2425 Le 19/12/2006 | Partager

    . Les 25 doivent décider des «totaux autorisés de capture»Les négociations entre les 25 Etats membres de l’UE et la Commission européenne sur les quotas de pêche dans l’océan Atlantique en 2007 s’annoncent tendues et devraient durer de mardi à jeudi. Lors de ce «marathon pêche» qui a lieu tous les ans avant Noël, les 25 doivent décider des «totaux autorisés de capture» (TAC) ainsi que des mesures techniques, comme le nombre de jours de pêche autorisés. L’Atlantique représente le gros de la pêche européenne. Les quotas de pêche en mer Baltique ont déjà été décidés en octobre, la question spécifique des poissons d’eaux profondes a été réglée en novembre, tandis que la Méditerranée fait l’objet d’un traitement séparé. Cette année, les négociations seront particulièrement ardues sur la pêche à l’anchois et au cabillaud, selon des sources européennes. «L’anchois de la Baie de Biscaye est un sujet extrêmement sensible sur le plan politique», reconnaissait une source finlandaise. Une source française évoquait «l’aspect émotionnel» de ce dossier, sur lequel pêcheurs français et espagnols se sont vigoureusement affrontés par le passé. La Commission européenne recommande à nouveau une fermeture totale de la pêche à l’anchois au premier semestre. Les scientifiques s’alarment en effet d’un plongeon des ressources depuis plusieurs années, qui pourrait conduire à l’extinction de cette espèce, la population d’anchois étant passée de 120.000 à 20.000 tonnes en cinq ans. La Commission propose donc des mesures sévères: une réduction de 25% des captures et des jours de pêche.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc