×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Qui sont ceux qui s'intéressent à IAM

    Par L'Economiste | Edition N°:913 Le 11/12/2000 | Partager

    . Quatre opérateurs européens se sont distingués cette année par des rachats ou fusionsQu'elle s'allonge ou rétrécisse, la liste des prétendants pour la reprise de Maroc Telecom a fière allure. En tête de liste, les deux géants français, France Telecom et Vivendi sont partis pour être gagnants dans cette opération, selon les rumeurs. Info ou intox? Ce qui est sûr, c'est que le Maroc représente pour ces deux opérateurs un enjeu stratégique dans leur développement à l'international qui n'a démarré que depuis peu. Ces ténors des télécommunications se sont distingués d'ailleurs cette année par de grandes acquisitions. En rachetant Orange (troisième opérateur mobile britannique) à 42 milliards d'Euros, France Telecom est devenu le numéro deux des mobiles en Europe avec 30 millions d'abonnés. Pour dégager le cash pour ce rachat, l'opérateur avait mis en bourse Wanadoo son portail d'accès à Internet et Itineris sa branche télécom mobile.FT pèse 13 à 19% du CAC40, en fonction de son cours en bourse. Avec ses concurrents Bouygues et Vivendi, qui est deuxième en lice pour la privatisation de Maroc Telecom, a confirmé à L'Economiste son intérêt pour l'opérateur marocain. «Nous présenterons notre offre le 20 décembre «, affirment des responsables de l'opérateur français. Vexé cette année de n'avoir pas pu mettre la main sur Orange, Vivendi s'est rattrapé en fusionnant avec le groupe canadien de communication Seagram. La nouvelle entité, Vivendi Universal, est devenue ainsi le deuxième groupe mondial de communication derrière AOL-Time Warner. Vivendi s'est aussi distingué cette année par un partenariat avec Vodafone pour la création d'un portail sur Internet Vizzavi (70 millions de clients). Une alliance qui s'est d'ailleurs nouée sur le dos de Mannesmann qui espérait trouver une porte de secours en Vivendi et échapper aux griffes de l'opérateur britannique Vodafone. L'opérateur français a préféré jouer dans la cour des grands. Un autre géant qui a manifesté en début 2000 son intérêt pour la privatisation de l'opérateur marocain, Telecom Italia. Il se serait retiré du processus, selon les rumeurs. Une information non confirmée par le chef de la représentation marocaine de l'opérateur italien. En attendant, il vient d'obtenir avec son partenaire Forthnet une licence nationale en Grèce pour l'utilisation de fréquences pour la boucle locale radio. Une technique qui permet d'offrir des services téléphoniques et multimédia par voie hertzienne et qui appartiennent généralement aux anciens monopoles. Enfin, quatrième opérateur européen à avoir manifesté son intérêt et se serait désisté, selon les rumeurs, le Norvégien Telenor. Il est déjà présent au Maroc à travers la société Arcos qui a obtenu la troisième licence Vsat. B. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc