×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Qui pilotera le Fonds monétaire international?

Par L'Economiste | Edition N°:1721 Le 09/03/2004 | Partager

. Trois candidats européens pour le poste de directeur du FMI LORS d'une réunion de deux jours à Bruxelles, qui a débuté hier 8 mars et qui devra prendre fin aujourd'hui mardi, les ministres des Finances de l'UE vont devoir non seulement tracer les contours d'une stratégie de croissance à soumettre au sommet européen de fin mars, mais aussi débattre du choix d'un candidat européen pour succéder à l'Allemand Horst Koehler à la tête du Fonds monétaire international (FMI). De source européenne, la réunion d'aujourd'hui est consacrée au choix du candidat qui devra remplacer Koehler à la tête FMI et au poste de l'Espagnol Domingo Solans au directoire de la Banque centrale européenne (BCE) qui va être vacant à partir de fin mai. Rappelons que Koehler a démissionné du FMI pour se présenter à la présidence de la République allemande.Si traditionnellement le directeur du FMI est un Européen, encore faut-il que les Quinze se mettent d'accord sur un nom qui soit agréé également par les Etats-Unis, premier actionnaire du Fonds. Alors que pour décider du successeur de Solans, les ministres vont examiner trois candidatures: celles de l'Irlandais Michael G. Tutty, du Belge Peter Praet, et de l'Espagnol José Manuel Gonzalez Paramo. “La présidence irlandaise de l'UE souhaite que la question soit tranchée aujourd'hui, mais il n'y a pas encore de consensus sur un nom”, d'après la même source. Certes, le candidat espagnol a le soutien de l'Allemagne qui verrait d'un bon œil le remplacement d'un Espagnol par un autre Espagnol, ce qui créerait un précédent facilitant le remplacement au directoire de la BCE de l'Allemand Otmar Issing par un autre Allemand en 2006.Les ministres des Finances des Quinze feront également le point sur la TVA après la décision de l'Allemagne de lever son opposition à la demande française de pouvoir réduire le taux de TVA dans la restauration de 19,6% à 5,5%, mais seulement à partir de 2006.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc