×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Qui choisiront les Israéliens?

Par L'Economiste | Edition N°:2243 Le 28/03/2006 | Partager

. Les élections législatives démarrent aujourd’hui. Le pays est placé sous état d’alerte. Kadima, parti favori?C’EST aujourd’hui 28 mars que démarrent les élections législatives en Israël avec le parti Kadima du Premier ministre Ehud Olmert donné vainqueur la veille. Mais le grand nombre d’indécis et le renforcement de l’extrême droite rendaient incertaine sa marge de manoeuvre pour former une coalition gouvernementale. Ce qui suscite une vive inquiétude en Palestine. D’ailleurs, le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas a appelé les électeurs israéliens «à voter pour la paix». Les colons évacués de Gaza qui envisageaient de boycotter le scrutin du 28 mars se sont finalement rangés dans leur majorité aux appels de la droite pour voter contre de nouveaux retraits en Cisjordanie. Selon des sondages, la formation centriste de Yehud Olmert obtiendrait 34 sièges de députés, mais 22% des électeurs seraient encore indécis, représentant 28 mandats sur 120 à la Knesset (Parlement). Pour illustrer ce phénomène, la télévision publique a montré des images d’Israéliens flottant sur la mer Morte en lisant leur journal. Pour certains analystes, les alliés potentiels de Yehud Olmert obtiendraient les résultats suivants: Parti travailliste d’Amir Peretz 21,  Meretz-Yahad (gauche laïque) cinq, Parti des retraités deux, Shass (orthodoxe sépharade) 11. Après trois ans dans l’opposition, le Shass a de son côté hâte de revenir au gouvernement, notamment pour assainir les finances de ses institutions, mais pourrait faire monter les enchères. Les commentateurs n’excluent pas que Yehud Olmert cherche de son côté à brouiller les cartes en ouvrant le jeu au Israël Beiteinou (extrême droite russophone) d’Avigdor Lieberman, qui est crédité de 12 mandats. Le scrutin doit se dérouler sous-haute surveillance, les services de la sécurité intérieure évoquant de nombreuses menaces d’attentats. «Cinq mille policiers et volontaires ont été mobilisés pour que les élections puissent se dérouler normalement. Ils sont placés en état d’alerte maximum», a indiqué le commandant de police du district de Jérusalem, Ilan Franco. Au niveau national, 22.000 policiers quadrilleront le pays. Pour parer à toute éventualité, la police a limité lundi l’accès de l’esplanade des Mosquées de Jérusalem uniquement aux fidèles musulmans (voir aussi tribune page 35).Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc