×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Quel impact des téléphones portables sur les enfants?

Par L'Economiste | Edition N°:2327 Le 26/07/2006 | Partager

. Bruxelles enquêteCas de harcèlements, menaces à la vie privée, factures surélevées: la Commission européenne s’est inquiétée mardi 25 juillet des effets négatifs de l’utilisation par les mineurs de téléphones portables et a lancé une consultation européenne sur l’opportunité de réguler ce secteur. «Le téléphone portable fait partie du quotidien, des adultes mais aussi des adolescents et, de plus en plus, de celui des enfants», a déclaré Viviane Reding, commissaire européen en charge de la Société de l’information et des Médias. «Selon moi, la protection des mineurs en ce qui concerne la téléphonie mobile est de la responsabilité de tous les acteurs de ce secteur», a-t-elle ajouté. Actuellement, il n’existe pas dans la plupart des Etats membres de législations spécifiques protégeant les mineurs, alors que le nombre d’enfants ou de jeunes gens utilisant un téléphone portable a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années. En Europe, 70% des jeunes âgés de 12 et 13 ans et 23% des enfants âgés de huit et neuf ans possèdent leur propre téléphone portable, selon une enquête Eurobaromètre de mai 2006. L’âge moyen d’acquisition d’un tel appareil est de huit ans. Parmi les risques, la Commission a mis en avant mardi l’accès à des contenus illicites, le harcèlement «comme l’envoi à des enfants de messages et de photos à caractère injurieux ou tendancieux», les menaces pesant sur le respect de la vie privée des enfants ou encore le risque de factures particulièrement salées. Elle appelle à une «prise de conscience» de l’ampleur du problème. La consultation publique vise notamment à recueillir des données sur le type de risques courus par les enfants. Elle s’adresse aux associations de protection de l’enfance, de parents ou de consommateurs, aux opérateurs de réseaux mobiles, aux fournisseurs de contenus, aux fabricants de téléphones et de réseaux, et aux régulateurs.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc