×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Qu'apporte ABN Amro à la BMCI

Par L'Economiste | Edition N°:1144 Le 15/11/2001 | Partager

. Les synergies attendues de la fusion devraient permettre de dégager 60 millions de DH par an dès 2005. La nouvelle structure compte désormais 116 agences et 1.601 personnes. La BMCI récupère un portefeuille de 24.000 clientsDésormais, les agences ABN Amro ont troqué leurs habits à ceux de la BMCI. Elles sont au nombre de 20 à travers le pays, auxquelles s'ajoute le bureau de représentation d'Amsterdam à s'être doté de la signalétique de la filiale de la Banque française BNP. Il en est de même pour les relevés et les documents bancaires de manière générale. Cette opération de lifting vient clore le processus de fusion enclenché depuis mai dernier. Ainsi, la BMCI renforce son réseau d'agences commerciales en le portant à 116 avec un objectif de 160 en 2004 avec la création soutenue de 15 agences par an. Cette fusion lui a permis d'acquérir un portefeuille de 24.000 clients dont 4.000 entreprises. Mais, le vrai gain est au niveau des activités de commerce international, de PME/PMI et de grandes entreprises où ABN a développé une expertise. Le prix payé par BMCI pour cela est de 275,8 millions de DH, soit de 275.840.960 DH, précisément. “Le financement de l'opération s'est effectué par l'excédent de trésorerie de la banque et non par apport de BNP Paribas”, signale Mustapha Faris, PDG de la BMCI lors de la conférence de presse qui s'est tenue hier, 14 novembre. Les dirigeants du nouvel ensemble sont très optimistes. L'évaluation des synergies souligne d'importantes économies à partir de 2002. En fait, le premier gain est celui du transfert du système informatique grâce à la résiliation du contrat d'utilisation de plusieurs logiciels de matériels appartenant au groupe hollandais. A travers le renforcement de son portefeuille-clients, la BMCI envisage de se hisser au rang des premières banques de la place. Déjà à fin août 2001, les simulations laissent entrevoir que le nouvel ensemble se positionne au 4me rang au niveau des dépôts, au 3me rang pour les crédits par caisse et des engagements par signature. Côté effectif, la nouvelle entité hérite de 384 personnes dont 110 cadres “ayant une expertise dont la BMCI peut profiter”, affirme Jean-Jacques Santini, administrateur de la filiale marocaine. Ainsi, cette dernière se retrouve à la tête de 1.601 personnes. Dans ses orientations stratégiques, outre un développement soutenu des activités financières, la nouvelle compte se renforcer dans la banque de détail. Dans le segment des particuliers et professionnels, elle envisage de doubler le parc de comptes à fin 2004. Sur le volet commerce international où ABN est très dynamique, la BMCI ambitionne de porter sa part de marché de 15 à 18% sur la même période. Y. M. & F. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc