×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Quand l’entreprise fait l’école

Par L'Economiste | Edition N°:2093 Le 24/08/2005 | Partager

. Un programme d’alphabétisation chez Redal. Dès octobre, une phase-pilote touchera une centaine d’employés LE distributeur d’eau et d’électricité de la région de Rabat met en place un projet de formation de base de ses employés à partir du mois d’octobre, selon Rachida Zellag, responsable Formation à Redal. L’objectif, d’ici à fin 2005, est de former 100 personnes. Redal servira de laboratoire à cette vaste opération qui concerne toutes les filiales de Veolia Water au Maroc, Onyx, Amendis et Amanor. Ce sont 350 de leurs employés qui seront concernés.Les cours d’alphabétisation devraient commencer quelques mois après le lancement de la phase-pilote initiée par Redal.Redal a monté l’opération en partenariat avec l’association pour la promotion de la langue française dans le monde du travail, IPTR. Cet organisme spécialisé dans la formation des adultes a apporté son expertise pour la sélection de 170 personnes bénéficiaires du programme. Une primo sélection en quelque sorte effectuée parmi les 1.200 employés que compte l’entreprise. Le choix de la cible pour constituer la phase-pilote s’est opéré selon le niveau de scolarisation: inférieur ou égal au collège. Une centaine de personnes, les plus «faibles», ont donc été sélectionnées à l’issue des tests. L’IPTR prévoit son programme sur la base d’une méthode dite «contextualisée». Celle-ci comprend divers thèmes qui partent du process à des concepts qualité, sécurité, logistique, communication, valeur de l’entreprise, entre autres. La difficulté majeure a été d’identifier les groupes analphabètes. La difficulté à venir consiste, elle, à maintenir la motivation des troupes afin d’optimiser l’apprentissage. Pour ce faire et afin d’obtenir l’implication du personnel, les modules de formation se feront en puisant dans le temps de travail et le temps libre. Par cette initiative, l’entreprise espère motiver ses «troupes» par le développement professionnel et personnel induit par la formation.Après une première phase de formation aux métiers dès le lendemain de l’acquisition de Redal par Véolia Environnement il y a trois ans, ce programme d’alphabétisation s’inscrit dans le cadre de l’optimisation des compétences. C’est un premier palier avant d’envisager des formations plus techniques.Aujourd’hui, la Redal passe à une autre phase qu’elle a nommé: «Modernité sociale et formation de base», soit une formation aux techniques d’écriture et d’expression orale destinée aux ouvriers et orientée vers les métiers et les besoins de l’entreprise.


Fléau

LE taux d’analphabétisme au Maroc atteint des sommets: 47% de la population dont 60% de femmes touchées. Ce phénomène gangrène également les entreprises et expliquerait, en partie, la faiblesse de la productivité dans l’industrie. Dans certains secteurs, les estimations font état de près de 50% des effectifs ouvriers qui seraient analphabètes.L’hôtellerie et le textile ont ces dernières années initié des programmes d’alphabétisation à grande échelle de leurs employés. Pour certains, cela a donné des résultats spectaculaires.Céline PERROTEY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc