×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Publié avec les résultats 1992 : ODEP: Un plan d'investissement de 1,5 milliard de DH

    Par L'Economiste | Edition N°:73 Le 01/04/1993 | Partager

    L'ODEP vient de publier son rapport d'activité 1992 arrêté au 31 octobre. Des résultats positifs ont été enregistrés sur l'ensemble des ports. Les projections financières augurent le maintien de cette tendance sur les cinq années en cours. Dans la foulée, un projet de plan d'investissement quinquennal (1993 1997) d'un montant de 1,5 milliard de Dirhams a été présenté.

    Au terme des dix premiers mois de l'année 1992, I'ODEP (Office d'Exploitation des Ports) à réalisé un bénéfice courant de l'ordre de 51 millions de Dirhams . Il devrait cependant clôturer cet exercice sur un résultat de 59 millions de Dirhams, en accroissement de 2,8% par rapport à 1991. Sur l'ensemble de l'année, le chiffre d'affaires devrait croître de 10,7%, à 1,07 milliard de Dirhams. Les charges prévisionnelles quant à elles sont estimées à un peu plus d'un milliard, soit un accroissement de 4,2% comparativement à 1991. C'est ce qui ressort du rapport d'activité 1992.

    Forte progression des ports du Sud

    L'examen des budgets comparatifs 1991 et 1992 fait ressortir que l'accroissement des produits d'exploitation relève principalement des chantiers de réparations navales et de la fourniture en eau et électricité. Les prévisions de réalisation pour ces deux postes font état de taux de croissance respectifs de 19,68 et 19,54%.

    En revanche, les produits issus des ports de pêche devraient connaître la plus faible progression, soit une augmentation de 1,86% sur les deux années. Les prestations de manutention, le péage pour usage des infrastructures et les services rendus aux navires progresseront respectivement de 13,44, 10,51 et 10%.

    Globalement, tous les ports devraient connaître une croissance de leur chiffre d'affaires à des rythmes plus ou moins élevés au cours de l'exercice 1992. Les ports de Tan Tan

    (35,2%), Laayoune (23,37%) et Agadir (22,01%) affichent les plus fortes progressions. Celles-ci s'expliquent notamment pour Tan Tan par la mise en service du réseau de distribution de l'eau potable, Agadir bénéficiant pour sa part de la mise en service du nouveau chantier de réparation navale.

    Casablanca reste cependant de loin le port le plus actif avec un chiffre d'affaires prévisionnel de 555 millions de Dirhams, soit plus de la moitié des produits d'exploitation prévus pour l'année 1992.

    1,2 million de passagers à Tanger

    Le rapport indique également que le trafic portuaire s'est élevé à 33,3 millions de tonnes durant les dix premiers mois de 1992 contre 29,8 millions au terme de la même période de 1991, soit une hausse de 11,6%. Les importations ont marqué une augmentation de 19,2%, alors que le tonnage relevant des exportations n'a progressé que de 3,8%.

    Le trafic lié à l'activité phosphatière s'est accru de 3,5%, à 13,7 millions de tonnes. Hormis cette activité, le volume total du trafic portuaire à fin octobre s'élève à 19,6 millions de tonnes, soit un accroissement de 18%, relativement à la même période de l'année précédente. Les importations ont affiché une progression de 22,2% grâce notamment aux céréales (49,1%) et aux hydrocarbures ( 16,9%). Les exportations se sont accrues de 4,5%.

    L'étude du trafic par port montre que Mohammédia a connu la plus forte hausse (25,4%), due principalement à la progression des importations de pétrole brut (38,2%) et aux exportations de naphta (46,2%). Viennent ensuite les ports de Tanger (21,2%), Jorf Lasfar (17,8%), Nador (16,86%) et Kénitra (10,88%). Les autres ports ont enregistré une croissance en dessous des deux chiffres: 9,5% pour les ports sahariens; 6,9% pour Casablanca; 3,2% pour Safi et 2,5% pour Agadir.

    Il ressort du rapport que le trafic de conteneurs enregistré sur les ports de Casablanca, Tanger et Agadir a progressé de 0,2% au terme du mois d'octobre 1992, comparativement à la même période de l'année 1991, passant de 1,34 million de tonnes à 1,33 million.

    Par ailleurs, le trafic TIR est monté à 819.570 tonnes contre 784.862 tonnes en 1991, en progression de 4,4%. En outre, le nombre de passagers enregistrés au port de Tanger s'est élevé à 1,2 million contre 930.480 en 1991, soit une hausse de 31,5%.

    Programmes d'investissements

    Dans le présent rapport, les autorités portuaires annoncent un projet de plan d'investissement 1993-1997 portant sur un montant global de 1,5 milliard de Dirhams.

    Cette enveloppe sera consacrée à la réalisation de plusieurs projets, entre autres, le renouvellement du matériel portuaire (485MDH), l'achèvement du nouveau terminal à conteneurs (464MDH), l'acquisition de deux remorqueurs de 6.000 CV (150MDH), la construction d'entrepôts frigorifiques à Casablanca (30MDH), la réalisation de poste RO/RO à Mohammédia (20MDH) et à Tanger (20MDH) et l'aménagement d'une zone industriel au port de Nador. Ces investissements seront financés à hauteur de 53% par fonds propres. Le reste, soit 47%, proviendra d'un concours externe.

    Au cours de la même période (1993-1997) les projections financières font ressortir une croissance régulière des postes du bilan. De fait, le chiffre d'affaires devrait passer de 1,16 milliard de Dirhams en 1993 à 1,56 milliard à 1997, soit une progression d'environ 34% . Dans la foulée, le résultat net devrait se situer à 89 millions de Dirhams à l'horizon 1997, contre 53,7 en 1993, en hausse de 65,7%.

    Le rapport a enfin passé en revue les travaux des comités techniques concernant le suivi des projets mis en oeuvre dans les différents ports.

    Alié DIOR NDOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc