×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Projets de mariages dans le transport aérien

Par L'Economiste | Edition N°:2915 Le 04/12/2008 | Partager

. La crise financière et économique accélère la consolidation. British Airways, Qantas, Ryanair, Aer Lingus… projets d’unionLA crise financière et économique a donné un coup d’accélérateur aux projets d’union dans le transport aérien. Ceci est bien illustré par l’intérêt avoué de British Airways pour l’australienne Qantas ou l’offre d’achat de l’irlandaise Ryanair sur sa compatriote Aer Lingus. «Les rapprochements devraient s’accélérer dans les mois qui viennent, les compagnies les plus faibles nécessitant un partenaire fort pour les épauler dans cette période difficile», prédit Nick van den Brul, analyste de Exane BNP Paribas. Les proies sont d’autant plus appétissantes qu’avec la chute du cours de leurs actions, elles coûtent moins cher qu’avant. D’abord mis à mal par la cherté du pétrole (qui a atteint un pic à près de 145 dollars le baril à la mi-juillet pour redescendre autour de 50 dollars), les transporteurs souffrent désormais de la baisse du trafic, victime du marasme économique. De fait, 2008 aura été l’année du plus grand mariage céleste de tous les temps: celui de deux américaines, Delta Air Lines et sa concurrente Northwest Airlines, le 29 octobre, première compagnie mondiale en termes de trafic. En Europe, les trois grandes rivales, British Airways, l’allemande Lufthansa, et la franco-néerlandaise Air France-KLM avancent leurs pions. En plus de songer à une union avec Qantas, la compagnie britannique a indiqué poursuivre ses discussions de fusion antérieure avec l’espagnole Iberia et veut se rapprocher de American Airlines. Lufthansa a, quant à elle, jeté son dévolu sur les compagnies belge Brussels Airlines et britannique BMI (British Midland) et est bien partie pour racheter l’autrichienne Austrian Airlines. Elle se dispute avec Air France-KLM l’italienne Alitalia, également regardée par British Airways. Le trafic aérien international de passagers a reculé en octobre de 1,3% sur un an, après avoir déjà baissé de 2,9% en septembre, selon l’Association internationale du transport aérien (IATA). Les entreprises réduisant leurs dépenses, les hommes d’affaires, très lucratifs pour une compagnie en raison du prix élevé de leurs billets, voyagent moins ou plus du tout. Et les touristes, inquiets de voir leur budget se resserrer, renoncent à partir loin. Reflet d’un commerce mondial qui tourne désormais au ralenti, le trafic cargo international a chuté de 7,9% en octobre, marquant le cinquième mois consécutif de recul, selon IATA qui représente environ 230 compagnies aériennes, soit 93% du trafic aérien international. F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc