×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Projet de rétorsion contre les importations américaines

Par L'Economiste | Edition N°:1693 Le 28/01/2004 | Partager

. L'UE vient de saisir, avec d'autres pays, l'OMC pour imposer plus de barrières aux produits en provenance des USASelon des sources concordantes, les demandes de l'Union européenne et de sept autres pays concernant l'application de mesures de rétorsion pour les produits en provenance des Etats-Unis, ont été officiellement soumises lundi 26 janvier à l'arbitrage de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève. Généralement, le délai de réponse dans ce genre de requête ne dépasse pas 60 jours. Les Quinze, en plus du Japon, Brésil, Canada, Chili, Inde, Corée du Sud et Mexique veulent augmenter les barrières douanières sur quelques produits d'importation américains en vue de compenser les pertes occasionnées l'an dernier par “l'amendement Byrd”. Adoptée il y a trois ans, cette mesure anti-vente à perte (dumping) et antisubventions, condamnée par l'OMC en janvier 2003, permettait le reversement aux entreprises américaines de centaines de millions de dollars d'amendes infligées à des concurrents étrangers sur la plainte des futurs bénéficiaires, principalement l'industrie de l'acier. L'OMC avait fixé la date butoir du 27 décembre, comme ultimatum aux Américains, pour mettre ce texte en conformité avec les règles du commerce international. “C'est la première fois dans l'histoire de l'OMC qu'autant de pays membres agissent dans la même affaire”, s'est réjoui Sergio Marchi, ambassadeur du Canada, lors d'une réunion des 146 membres. Estimant que l'amendement Byrd avait eu un effet “refroidissant” sur les échanges commerciaux entre les Etats-Unis et leurs partenaires, il a rajouté: “C'est le signe on ne peut plus clair de la profondeur de l'inquiétude provoquée par cette mesure”. Pour sa part, le diplomate américain Steven Fabry a jugé nécessaire l'arbitrage de l'OMC afin de déterminer le niveau des sanctions que chaque pays pourra prendre à l'encontre des Etats-Unis.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc