×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Projet de loi de Finances 2006
Jettou: “Nous allons réindexer le pétrole”

Par L'Economiste | Edition N°:2139 Le 27/10/2005 | Partager

. Des mesures d’accompagnement pour l’agriculture et le transport à l’étude. Nouvelle politique de tarification douanière en préparation. L’administration doit intégrer la notion de compétitivité dans sa démarche TOUT comme le ministre des Finances, le Premier ministre multiplie les rencontres d’explication en faveur du projet de loi de Finances pour 2006: médias, leaders politiques, hommes d’affaires… le Premier ministre se dépense sans compter. D’entrée de jeu, il a mis en relief l’impact négatif de la Caisse de Compensation et les subventions de la farine sur le prochain budget. Pour lui, ce sera le dossier-phare de 2006. Pour cela, il est impératif d’impliquer “toutes les composantes politiques pour le traiter dans le consensus et avec le même langage”. L’approche du gouvernement est prête et il est décidé à avancer sur ce dossier. Il n’en dira pas plus sur le contenu. Aujourd’hui, les prix du carburant à la pompe sont calculés sur la base de 48 dollars le baril, il sera de 60 dollars dans la loi de Finances 2006. Ce qui fera une hausse de 25%. Sur le marché ce mois-ci, il tourne autour de 67 dollars. La différence est supportée par le gouvernement via la Caisse de Compensation. Ce poids est énorme et pose le problème de son avenir. C’est pour cela que la répercussion sur les prix est à l’ordre du jour. “Pour le pétrole, nous gagnerons à revenir au système d’indexation, mais pas brutalement”, précise le Premier ministre. Dans cette affaire, deux secteurs sont concernés en premier chef par l’indexation: l’agriculture et les transports. Une démarche ciblée sera adoptée dans le sens où les deux départements de tutelle étudient actuellement les mesures d’accompagnement pour ne pas perturber ces deux secteurs. . Rentes de situationLes autres consommateurs ordinaires ne posent pas de problème puisque malgré l’envolée des prix pétroliers, la consommation des carburants a progressé de 9% et la vente des voitures neuves de 20% au cours de cette année.Le Premier ministre est également revenu sur la nouvelle politique de tarification douanière en préparation. Sur ce registre, Jettou affine sa vision: “Aucun secteur ne peut se développer et survivre avec des niveaux élevés de protection. C’est contre-productif et ceux qui en bénéficient sont condamnés à mourir”. Selon lui, ces niveaux élevés génèrent la contrebande, les moins-values en TVA et des rentes de situation au profit des trafiquants de tout genre. Il en fournit des exemples. Pour éviter tout cela, le gouvernement s’est engagé dans la réforme de la tarification douanière. D’ailleurs, malgré le démantèlement et la baisse des droits, les recettes douanières augmentent. La hausse des importations y est pour quelque chose.Sur le chapitre des recrutements dans la fonction publique, Jettou a son idée. Pour lui, l’Etat doit intégrer la notion de compétitivité dans la démarche de son administration. Cette dernière doit recruter les meilleurs profils pour assurer les services publics au citoyen et cesser d’être le réservoir des recrutements politiques à tour de bras. Selon lui, la notion de l’Etat embauchant à tour de bras est dépassée. Les recrutements dans la fonction publique se feront désormais par concours ou par contrat pour des profils pointus. Le chef de l’exécutif est également revenu sur les arbitrages jugés difficiles lorsque les priorités sont nombreuses et que les moyens se font rares. Cependant, pour 2006, certains ministères ont été gâtés comme c’est le cas de l’Intérieur, la Santé et l’Education nationale. Jettou précise que les 500 millions de DH supplémentaires dont 150 millions pour l’enseignement supérieur, serviront à améliorer les conditions matérielles de ce secteur stratégique pour le pays. Cités universitaires, équipements… “les ingrédients nécessaires pour dispenser un enseignement de qualité”. Décidément, chacun caresse les enseignants dans le sens du poil.


Fier de ses retraites

UN dossier tient à cœur au Premier ministre: les retraites. Visiblement, l’évoquer lui procure un sentiment de fierté. C’est le dossier qui aura le plus marqué son mandat. “C’est délicat et difficile mais son non-traitement aura été irresponsable!” s’exclame le Premier ministre. En 2006, plus de 9 milliards de DH iront à la Caisse marocaine des retraites (CMR). “C’est énorme mais il est urgent de traiter ce dossier”, dit-il. Plusieurs caisses ont été externalisées”. Il lui reste deux gros dossiers à conclure dont l’un avant fin novembre. Le premier concerne l’OCP pour près de 30 milliards de DH et l’ONE 11 milliards de DH. Cette externalisation coûtera à l’Etat bien plus que 41 milliards de DH.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc